Entreprise AGILE: l’entreprise en mouvement

À l’ère de la mondialisation et de la mutation digitale, les entreprises sont confrontées à une montée des incertitudes nécessitant d’anticiper et de s’adapter à une demande de plus en plus individualisée émanant de consommateurs redevenus acteurs, ainsi qu’à une complexité grandissante et une interdépendance accrue.
L’entreprise doit être capable de réagir aux moindres modifications de son environnement.
Mises au point dans les sociétés de développement de logiciels dans les années 1980, les méthodes agiles (cycles courts, feedback utilisateur permanent, développement par petits blocs, formalisme réduit et fort pragmatisme) trouvent aujourd’hui à s’appliquer au fonctionnement de l’entreprise dans son ensemble. 
Le management agile repose sur quatre valeurs fondamentales énoncées en 2001 dans le « Manifeste pour le développement agile de logiciels de l’agilité » par des experts du développement d’applications informatiques :
   – favoriser les interactions entre les individus plutôt que les processus complexes ou les outils ;
   – rechercher la collaboration avec les clients plutôt que passer du temps à négocier des contrats ;
   – fournir le produit attendu utilisable plutôt que travailler sur sa documentation exhaustive ;
   – accepter l’évolution des besoins et être réactif plutôt que choisir une planification rigide.
L’agilité, forme d’« agitation ordonnée », nécessite de développer :
   – une capacité d’écoute et d’anticipation des nouvelles attentes ;
   – la collaboration en interne et en externe ;
   – l’implication des équipes s’autogérant en responsabilité et cherchant à s’améliorer en permanence ;
   – l’innovation permanente ;
   – une offre simple qui fonctionne, de qualité, sur mesure ;
   – une culture client généralisée;
   – une complexité gérée à échelle humaine ;
   – une culture d’adaptation permanente au changement.
Le manager agile doit maîtriser son ego et être un leader qui provoque l’adhésion, recherche la cohésion, libère la confiance en favorisant l’autonomie. Décloisonner et faire circuler l’information, gérer des talents complémentaires et susciter un engagement d’équipe sont également fondamentaux.
L’entreprise agile doit s’appuyer à la fois sur :
   – l’intelligence collective centrée sur l’amélioration et l’adaptation permanente;
   – l’usage approprié des nouvelles technologies permettant une personnalisation de masse;
   – la maîtrise de processus d’amélioration en continu.
En terme de culture d’entreprise, l’agilité est aux antipodes de celle d’organisations basés sur des processus normés ou cloisonnés par métiers. Centrée sur la satisfaction client, elle est une culture du produit prêt à l’emploi, issu de processus simplifiés, conçu par de petites équipes autonomes, dont les innovations sont testées au fil de l’eau grâce à une interaction permanente avec l’utilisateur extérieur.
En résumé, l’entreprise agile est un corps social vivant et réactif composé de collaborateurs soudés entre eux, collant aux besoins du client, anticipant les améliorations à effectuer et s’adaptant en permanence au changement avec fluidité et résolution.
En redonnant la primauté au facteur humain et en ses capacités d’adaptation et d’intelligence collective, l’entreprise agile relègue l’entreprise traditionnelle, bureaucratique, hiérarchisée et cloisonnée, au rang d’archaïsme.
Publicités