CUISINE HYBRIDE: deux recettes en une, deux fois plus de plaisir?

Née à New York dans les années 1990, la cuisine fusion, mariant deux traditions culinaires, précurseur de la cuisine hybride, a connu un grand succès, réussissant le pari de procurer de nouvelles sensations gustatives en combinant deux univers culinaires différents.
En 2013, le boulanger pâtissier new-yorkais Dominique Ansel propose une pâtisserie mi-croissant mi-donut, le »cronut ». La mode de la cuisine hybride était lancée.
L’idée était de créer une recette à partir de deux recettes distinctes, de réunir deux pâtisseries en une seule. 
Vu le succès fulgurant qui en a résulté, de nombreuses autres pâtisseries hybrides ont vu le jour: le brookie (mi-brownie mi-cookie), le townie (mi-tarte mi-brownie), le muffin (mi-donut mi-brownie), le wonut (mi-baffle mi-donut), le cookie shot (cookie en forme de verre avec du lait), le puffin (mi-pancake mi-muffin), le crookie (mi-croissant mi-biscuit Oreo), le crumb cake ( mi-crumble mi-cake)…
En dehors de la pâtisseries des initiatives de cuisine hybride se sont multipliées avec plus ou moins de bonheur. Le « nacho burger » (burger avec des doritos), le « burger ramen » (les nouilles remplaçant le pain du hamburger) ou le mini BLT (petit burger à la noix de Saint Jacques) sont nés…
Aux dires des gastronomes, l’expérience culinaire est mitigée. Si l’effet de surprise est indéniable, certaines associations fonctionnent à merveille et d’autres, visuellement et gustativement, sont à dégoûter de la cuisine.
La cuisine est certes un art d’expérimentation, mais l’appréciation visuelle et la dégustation sont les juges de paix…
 
Aller plus loin:
Publicités