COLIVING et COHOMING : bienvenue dans la colocation professionnelle !

Confrontés au coût élevé de l’immobilier et soucieux de minimiser les temps de transport, près d’un tiers des jeunes entre 18 et 35 ans recouraient à une solution de colocation à Paris, Londres ou New York.
Le concept de coliving apparu à San Francisco, sous le nom de « hacker house » (lieu favorisant l’innovation où vivent des entrepreneurs de l’économie numérique) est en train de se répandre dans toutes les grandes métropoles. 
Le coliving rassemble dans un même logement des entrepreneurs ou des indépendants, généralement un grand appartement avec des pièces communes (cuisine, salons, salles de gym) et un petit espace privatif pour chaque occupant. À la fois lieu de vie et de travail collaboratif, il part de l’idée que vivre et travailler ensemble favoriserait le partage, l’émulation et les synergies. En effet, certains freelances seraient plus actifs en dehors des horaires traditionnels d’ouverture des centres de coworking ou souhaiteraient vivre des expériences d’immersion de nature à interagir et partager à toutes heures.
coworkingC’est véritablement d’une communauté de projet dont il s’agit, réunie pour une durée déterminée dans un but précis. La place pour la vie privée y est réduite à sa plus simple expression, les espaces privatifs étant de petite taille et tout étant fait pour encourager l’interaction professionnelle. Les espaces de coliving s’apparentent à des espaces de coworking non-stop, à des colocations à but professionnel.
Une variante récente du coliving est le cohoming. Il consiste en un coworking non-stop au domicile d’un particulier. Cette pratique est plus invasive pour le particulier que celle du coworking à domicile à heures fixes, également en plein essor dans les grandes métropoles.
Quant au coût du cohoming, il est deux à trois fois moins élevé que celui d’un coworking classique. En contrepartie, l’espace est moins ergonomique et peu équipé, car non pensé pour ce type d’activité. Outre les espaces privatifs réduits des hébergés, il conserve des parties réservées à l’hébergeant.
colivingD’une certaine façon, le cohoming s’apparente à une forme de pension de famille non stop sans le couvert, l’espace de travail en plus. Il est bien adapté aux free-lances en phase de démarrage de leur activité disposant de peu de moyens. Il permet aussi de rompre l’isolement de personnes seules et inactives et de favoriser l’entraide et le partage.
Ces différentes formes de vie et de travail collaboratifs sont révélatrices d’une raréfaction des ressources des travailleurs de l’ère numérique. Elles sont de plus en plus recherchées, car elles permettent de ne pas se couper du monde et de rejoindre des communauté d’intérêts permettant de passer des phases de vie difficiles.
Si la dématérialisation a ouvert une nouvelle ère de collaboration et d’échange, elle s’avère essentiellement à finalité professionnelle, réduisant la vie privée à la portion congrue.
Publicités