EMOJIS : une nouvelle langue universelle ?

Mur d'emojis

Plusieurs milliards d’emojis sont partagés chaque jour sur les smartphones et autres écrans numériques du monde entier (6 Milliards sur Messenger, 60 Millions sur Facebook…). Une véritable langue universelle sans mots dépassant le seul registre émotionnel est en train de se développer.

Un emoji (« e » pour image et « moji » pour lettre en japonais) est un petit pictogramme représentant un sentiment, une expression ou un objet de la vie courante.

Les emojis ont été créés au Japon en 1999 par NTT Do Co Mo pour rendre sa messagerie plus attractive et facile d’utilisation. 

Petit retour en arrière. Le smiley (« sourire ») smiley apparaît dès les années 1960 dans le graphisme pour remonter le moral des employés. Dans les années 1980, il évolue vers une combinaison de caractères sous forme de texte (smiley typographique 🙂
Binette-typoLa combinaison créative des caractères ASCII [ponctuation ou symboles] va donner naissance aux « émoticones » [contraction des termes « émotion » et « icône »] représentant une expression corporelle ou faciale [émotion ou attitude] dans les emails ou les messages texte.

Les caractères ASCII vont être remplacés progressivement par des images standardisées, les emojis. Leur intégration dans les claviers iPhone en 2011 et Android en 2013 fait exploser leur usage.

Plus de 2823 emojis sont disponibles à ce jour, Unicode ajoutant tous les ans une centaine de nouveaux emojis (en 2018, les roux et les chauves sont à l’honneur!).

Emojis2018.png

Chaque emoji répertorié dispose d’un nombre, code, représentation, nom, version, taxonomie et d’un mot clef.

De fait, les emojis véhiculent un supplément de sens, un geste, une émotion, une nuance, difficiles à exprimer en langage écrit. Ils sont une forme de langage informel non écrit qui enrichit les textes.

Les linguistes n’envisagent pas le remplacement des mots par les emojis. Même s’ils apportent un registre émotionnel précieux à l’écrit et qu’ils disposent d’une valeur esthétique, ludique et imagée, ils ne sont pas assez abstraits pour constituer un langage. Ils ont par ailleurs une signification différente selon les cultures et ne sont pas assez nombreux pour former une langue universelle.

Une ouverture massive du registre Unicode à des objets, des actions et des lieux pourrait donner un coup d’accélération à cette langue embryonnaire, issue des usages numériques, de la « culture web ». Certains grands écrits tels que la Bible ont d’ailleurs été déjà traduits pour partie en emojis.

Une langue composée d’emojis peut-elle constituer l’avenir du langage écrit ?

Force est de constater que le passage au tout à l’oral est en train de ringardiser la pratique des emojis et l’usage du langage écrit.

messages

Les Centennials ont de plus en plus recours à des messages vocaux de cinq à six secondes pour s’exprimer entre eux (langage oral, plus besoin de saisir les messages, possibilité de tenir plusieurs échanges en même temps…) utilisant de moins en moins l’écrit … 

Publicités