GENERATION ALPHA : une génération née DANS le numérique

la génération alpha fait un selfie

La « génération alpha », baptisée ainsi par le sociologue et démographe australien Mark McCrindle, correspond aux personnes nées à compter de l’année 2012.

Bien qu’encore très jeune, cette nouvelle génération, aux caractéristiques et aux comportements inédits, concentre déjà toutes les attentions des marques forcées de repenser entièrement leur offre et leur stratégie de communication. 

Nés selon la formule de Mark McCrindle « DANS et non avec le numérique », leur manière de jouer, de s’instruire et d’interagir avec le monde extérieur s’annonce très différente de celle des Centennials.

Rappelons que plus de trois quarts des enfants américains de 2 ans ont déjà testé des jeux vidéos ou des applications sur un smartphone. Plus d’un tiers des 3 à 4 ans et la moitié des 5-7 ans vont sur YouTube. Les enfants ont leur premier téléphone en moyenne à l’âge de 6 ans. 

génération alpha

Cette génération est de fait connectée à tout (« internet of everything » ou « internet de tout »), à l’aise avec les surfaces tactiles et les objets connectés, privilégiant les contenus vidéo, authentiques, vivants, dynamiques, proches de leurs besoins.

Comme retenir leur attention est un défi permanent, les marques vont devoir développer une présence transmedia (storytelling transmedia), des outils de réalité numérique et d’intelligence artificielle s’adaptant à des exigences et des comportements volatiles.

Instaurer un solide rapport de confiance sera nécessaire pour communiquer avec ce jeune public surinformé et déjà très sollicité.

Génération la plus informée de l’histoire de l’humanité, elle promet d’être plus indépendante et entreprenante, par choix ou nécessité. Elle sera confrontée à la  généralisation de la freelancisation dans une économie devenue gig économie (économie à la demande).

Girl-playing-on-ipad
En l’absence de régulation contraignante, la sphère publique protectrice se rétrécissant inéluctablement, il est probable qu’elle connaisse encore plus de précarité et d’inégalités que les générations précédentes.

Ultra adaptable, s’autoformant en permanence grâce au blended learning, fonctionnant en mode projet, cette génération aura à relever des défis immenses liés aux futures vagues de transformation digitale (internet des objets, intelligence artificielle, web 3.0….) qui promettent de bouleverser la société, le rapport au travail, les interactions économiques et le lien social.

À suivre…

Aller plus loin :

Les grandes générations sociales occidentales du XXe et XXIe siècle

 

Publicités