NOMADE DIGITAL : entre rêve et réalité

Nomade digital ile paradisiaque

Voyager dans des cadres de vie idylliques, être son propre chef et travailler à distance, à la carte, depuis son ordinateur connecté, font partie des rêves des Millennials et des Centennials. L’émergence d’une gig economy (économie à la tache), favorisée par la généralisation de la connectivité internet sans fil et le développement des technologies de l’information, a démultiplié cette nouvelle forme de travail à distance, sans lieu ou domicile fixe, synonyme d’indépendance et de qualité de vie.

De quoi s’agit-il ?

Etre nomade digital (« digital nomad »ou « location independant »), c’est voyager autour du monde tout en travaillant au moyen d’un ordinateur connecté.

Allergique au travail au bureau ou à la maison, en quête de conditions de vie optimales, le nomade numérique est freelance rémunéré au temps passé, entrepreneur créant des services à distance ou travailleur à distance salarié.

how-to-become-a-digital-nomad

Quels domaines sont ouverts au nomadisme digital ?

Il exerce généralement un métier en lien avec l’informatique, le multimédia, l’internet. La numérisation de l’économie s’accélérant, l’éventail des métiers ouverts au nomadisme digital s’élargit de jour en jour tels que : influenceur, blogger, rédacteur web, graphiste, community ou trafic manager, expert web marketing, psychologue en ligne, professeur à distance, traducteur, photographe, vidéaste…

Quel lieux sont plébiscités par les nomades digitaux ?

Les lieux privilégiés par les nomades digitaux allient généralement beauté des paysages, climat, ambiance et faible coût de la vie.

best places to liveEn tête des destinations, on retrouve logiquement l’Asie avec la Thaïlande, Bali ou le Viet Nam suivie par l’Amérique du Sud (Buenos Aires, Lima…) et l’Europe (Berlin, Prague, Lisbonne, Las Palmas…).

Quel sont les contraintes liées à ce mode de vie ?

Si concilier voyage et travail autour du monde répond à un besoin d’indépendance financière et géographique, cela n’est pas exempt de contraintes.

En effet, le nomade numérique est :

tout le temps connecté : cela nécessite de transporter un matériel fiable et robuste, d’être en quête permanente de connexions wifi de qualité et peut entraîner une addiction à l’interface de connexion à l’univers de travail et de vie digitale ;

– souvent isolé, loin de ses amis ou de sa famille : cela l’oblige à rejoindre les communautés hors et en ligne dans les lieux visités ;

– confronté à des pics et des creux d’activité, rendant la semaine allégée ou à la carte difficilement praticable ;

digital nomad– soumis à une forte variabilité de ses revenus, génératrice de stress ;

– susceptible de perdre ses repères, car vivant dans l’instabilité géographique permanente ;

– obligé de s’autoformer en permanence pour demeurer employable.

En réalité, le nomadisme numérique est bien loin de l’oisiveté ou du dilettantisme. Il nécessite organisation, discipline et efficacité, qualités dont doit être pourvu tout entrepreneur.

Le nomadisme digital est -il un mode de vie transitoire ?

Sur le long terme, le semi-nomadisme (base arrière et rayonnement dans des lieux proches, fixation dans un endroit pendant plusieurs semaines…) semble plus adapté, car il permet de se poser dans un lieu de coworking connecté propice au networking et à l’esprit communautaire (tel Roam, espaces de coworking pour digital nomade), de se fixer des horaires de travail et de mettre en place une sorte de routine équilibrante. Rester plus longtemps au même endroit est utile pour découvrir les lieux, puiser son inspiration et sa motivation dans des environnements privilégiés et faire des rencontres. Se verser un salaire fixe et économiser le surplus peut rendre ce mode de vie plus serein.

Nomade digital en coworking

Si le nomadisme digital favorise une optimisation géographique des lieux de vie et de travail, les rencontres et la découverte de nouvelles cultures, il est par essence source d’instabilité, d’isolement et d’addiction numérique.

De fait, le nomade digital doit être parfaitement organisé, structuré et ouvert sur les autres pour ne pas tomber dans une forme de servitude digitale, de déserrance spatio-temporelle, annihilant vacances de l’esprit, enrichissement et dépaysement, aux fondements de cette démarche.

Publicités