CENTENAIRES : les leçons de vie

centenaire

Au rythme actuel de l’allongement de la durée de vie, le nombre de centenaires dans le monde pourrait être multiplié par dix d’ici 50 ans. Certaines régions, dites « zones bleues », concentrant davantage de grands seniors, des études ont été entreprises en vue d’identifier les facteurs favorables à la longévité. Les premiers résultats font apparaître des conditions de vie proches et des catégories génétiques communes. 

Qu’est-ce qu’un centenaire ?

Un centenaire est une personne qui a atteint un âge de cent ans ou plus. Au-delà de 110 ans, on parle de supercentenaire.

Ils seraient un demi-million dans le monde et environ 22 000 en France. La doyenne de l’humanité, Jeanne Calment, est décédée à l’âge de 122 ans.

Selon des études récentes, « s’il existe un âge maximum pour l’être humain, personne n’a encore vécu jusque là ». En effet, si le taux de mortalité augmente de façon exponentielle jusqu’à 80 ans, il engage ensuite une décélération pour s’approcher d’un plateau à partir de 105 ans. Par ailleurs, plus le temps passe, plus un nombre important de personnes semble atteindre l’âge de 105 ans.

centenaire
Quelles sont les raisons d’un tel accroissement ?

Il est dû à l’allongement de l’espérance de vie (de l’ordre de deux mois par an pour une femme et de trois mois par an pour un homme dans les pays occidentaux tels que la France ou les États unis) imputable à une amélioration constante des conditions de vie, de santé et d’alimentation. Les disparités demeurent néanmoins très importantes entre les pays, en particulier entre les pays développés et les pays en voie de développement.

Comment expliquer une telle longévité ?

Jeanne Calment l’attribuait « à l’huile d’olive qu’elle utilisait pour se nourrir et dont elle s’enduisait la peau, à un verre de porto par jour, à un kilogramme de chocolat par semaine, à de l’ail dans ses viandes et du sucre dans ses boissons »

Sur un plan scientifique, outre le facteur chance, l’étude des zones « bleues » présentant une surreprésentation en centenaires (Crête, Chypre, Rhodes…) a mis en évidence certains points communs ou leçons de vie :

super centenaires

– un lieu de vie dans une région isolée (ile, vallée ou village enclavé): un quart de l’aptitude à la longévité reposant sur les gènes, le reste sur le mode de vie, les gènes favorables ont pu s’y concentrer (certains métabolites, vasodilatateurs et séquences du gène communes chez ces centenaires étant en cours d’étude) ;

– une nutrition au format calorique inférieur au régime moyen (restriction calorique) de type :

  • petit déjeuner copieux et gras ;
  • déjeuner équilibré avec quantité moindre (estomac plein à 80 %) ;
  • et diner léger.

Cela s’apparente au régime crétois qui comporte des fruits et légumes, des céréales, des fruits secs, peu de viandes plutôt blanches, des poissons maigres, de l’huile d’olive, de l’ail, du thé. Ce régime est principalement à base de plantes, de légumes et de fruits. L’alimentation transformée industriellement est quasi absente.

régime méditerranéen

– une activité douce, mais régulière faite de cours de gymnastique et d’entrainement cérébraux ;

– une implication dans une cause ou une activité donnant un but à la vie ;

– un entourage solidaire (famille et amis) pour ces extravertis ;

– se coucher et se lever à heures fixes et dormir 8h par jour.

Étant considéré que 71 % des Français souhaiteraient atteindre le grand âge (26 % pensant y arriver) à la condition de vivre en bonne santé, d’être entourés de leurs proches, de pouvoir s’offrir de petits plaisirs et d’être mieux considérés, l’adoption d’un mode vie sain et équilibré et les avancées de la génétique pourraient bouleverser la pyramide des âges dans un avenir proche.

Mathusalem ayant, selon la Bible, vécu 969 ans, il reste encore de la marge…

Publicités