Qu’est-ce que l’AMAZONIFICATION ou UBÉRISATION ?

Une révolution est-elle en marche ?

En bouleversant notre modèle économique, social et juridique, l’ubérisation constitue une puissante incitation à transformer les modèles traditionnels en modèles collaboratifs, qualitatifs et efficients.

Néanmoins, en l’absence de réponse forte des entreprises traditionnelles aux défis lancés par les plateformes, ces dernières pourraient rapidement se retrouver en position de force.

Sans régulation, le risque est grand d’une accentuation des inégalités sociales, entre :

  • une petite élite numérique toute puissante,
  • une masse d’indépendants, de contractuels ou d’auto entrepreneurs embauchés à la demande (« gig economy »), 
  • un « netariat » pléthorique de laissés pour compte de la révolution numérique remplacés progressivement par des bots, des robots ou des algorithmes de plus en plus puissants et intelligents.

Existe-t-il un modèle alternatif à ces plateformes en voie de précariser massivement lemploi ?

Alertées par les actions juridiques intentées aux « gig companies » et les problèmes d’image associés à leur modèle, une deuxième génération de plateformes (Managed by Q) et des plateformes de première génération converties (Shyp, Luxe, Eden, Sprig) opèrent un retour à l’emploi traditionnel à plein temps.

Sécurité juridique, capacité à former à long terme et à moindre coût la main-d’œuvre et meilleure image de marque semblent être recherchées.

Il faut noter qu’aucune de ces sociétés n’a atteint l’échelle ou la notoriété d’un Uber. 

La course à l’hypercroissance et à la dominance n’aurait-elle pas pour contrepartie une numérisation poussée et une précarisation généralisée de la main d’œuvre, variable d’ajustement d’une montée en charge en mode accéléré ?

Laisser un commentaire