PARENTS HELICOPTERES : ils empêchent leurs enfants de grandir

parents hélicoptères

Angoissés par un marché du travail ultra-compétitif, influencés par la médiatisation de la perfection et inquiets de l’insécurité, les parents tombent de plus en plus dans l’hyper-parentalité. Ils sur-investissent, sur-stimulent et sur-protégent leur progéniture.

Les « parents hélicoptères » sont une catégorie de parents des plus intrusifs et étouffants. Ils empêchent leurs enfants de grandir.

Qu’est-ce qu’un parent hélicoptère ?

Il s’agit d’un parent qui « plane » au-dessus de son enfant de sorte à le diriger vers le meilleur avenir possible et à voler à son secours au moindre accroc.

Il régit le quotidien de son enfant, anticipe ses envies, prend les décisions à sa place et règle les conflits avec les autres enfants.

L’utilisation de téléphones portables permet d’assurer cette surprotection physique et morale permanente.

Quelles sont les différentes catégories de parents hélicoptères ?

  • Les parents « hélicoptères de combat » sont des parents qui se battent bec et ongles pour leurs enfants. A la moindre occasion, ils se lancent en piqué sur les professeurs ou les directeurs d’école. Cette attitude s’expliquerait par une faible implication éducative à la maison ;
  • Les parents « hélicoptères de trafic » guident leurs enfants et leur montrent le meilleur chemin. Ils les aident à prendre les décisions les plus justes tout au long de leur vie, tout en respectant leurs choix finaux ;
  • Les parents « hélicoptères de sauvetage » interviennent en situation de crise. Ils mettent leurs enfants en sécurité et leur donnent les moyens de repartir.

Quelles sont les conséquences en termes de développement des enfants ?

  • une autonomie retardée ;
  • une faible confiance en soi ;
  • une estime de soi dégradée ;
  • une tolérance à la frustration réduite ;
  • une capacité de décision, de résolution de problème et de prise d’initiatives limitée ;
  • une créativité absente ;
  • une intelligence émotionnelle et relationnelle peu développée ;
  • une peur de l’échec et une anxiété face aux conflits forte.

De façon générale, cette hyperparentalité part d’une intention positive mais, peut retarder l’entrée dans l’âge adulte de l’enfant (phénomène Tanguy). Elle peut aussi entraîner des problèmes d’adaptation et mener à la dépendance parentale, voire à la dépression.

Comment le parent hélicoptère peut-il amender son comportement excessif ?

Favoriser l’autonomie et l’envol de l’enfant suppose de :

  • ne pas se substituer à lui lorsqu’il est capable ou presque capable d’accomplir une action ;
  • mettre l’égo parental de côté et supprimer tous les comportements qui lui sont liés ;
  • lui donner l’occasion de prendre de petits risques et le surveiller éventuellement de loin ;
  • limiter les contacts permanents au téléphone ;
  • répondre à ses interrogations par des questions pour le pousser à réfléchir, s’écouter, prendre des décisions et les tester jusqu’à trouver la bonne solution ;
  • lui faire confiance, encourager et rappeler les réussites passées (tenir un « cahier des réussites ») ;
  • le laisser choisir ses centres d’intérêt, encourager ses opinions ;
  • développer son intelligence émotionnelle ;
  • lui déléguer des tâches du quotidien, le faire contribuer au bon fonctionnement de la maison (mettre la table, aider à ranger, plier le linge…) pour qu’il se sente utile ;
  • ne pas répondre à toutes ses sollicitations au caractère non urgent, arrêter de le protéger contre d’éventuelles conséquences ;
  • se concentrer sur l’écoute plutôt que l’aide à priori ;
  • apprendre à se détendre et à mettre le holà aux exigences surdimensionnées et à la pression qu’ils se mettent sur eux mêmes ;
  • se détacher des pressions extérieures (société, médias) poussant à l’hyperprotection.

Prendre toutes les décisions à sa place, intervenir dans ses conflits et résoudre ses problèmes les plus insignifiants risque au final d’en faire un adulte immature et dépendant. Construire une bulle, un environnement protecteur peut s’avérer source de fragilisation ultérieure.

De fait, la bienveillance parentale est un mélange équilibré d’apprentissages guidés et d’encouragements à des actions individuelles. A l’image du parent colibri, préparer jour après jour sa progéniture à voler de ses propres ailes, permet de préparer l’envol final du nid.

Publicités