GRANDES ESCROQUERIES du XXè siècle: FRANK ABAGNALE Jr, « Arrête-moi si tu peux ! »

La cavale et les évasions

À court d’options aux États-Unis, le FBI et la police étant à ses trousses, il part pour France, le pays de naissance de sa mère. Après avoir été reconnu par un employé d’Air France sur un avis de recherche, il est appréhendé une première fois en 1969. Douze des pays où il avait commis des délits réclament son extradition. Il purge 6 mois de prison en France avant d’être extradé en Suède, où il effectue 6 mois supplémentaires pour escroquerie et fraude. 

Menacé à sa sortie d’une nouvelle incarcération en Italie, il s’évade au cours de son transfert en démontant les toilettes de l’avion pour atterrir sur le tarmac 3 mètres plus bas. Il gagne ensuite Montréal, récupère 20 000 dollars mis à l’abri dans une banque, mais, la cavale tourne court.

Il retourne derrière les barreaux en avril 1971. Son talent d’imposteur et son opportunisme vont alors trouver à s’exercer à différentes occasions. Le marshal chargé de l’escorter ayant oublié ses papiers, il se fait passer pour un inspecteur sous couverture et s’évade.

Quelques heures plus tard, reconnu par l’employé d’un motel de Washington, il échappe au piège tendu par le FBI en se faisant passer pour l’un de ses agents.  

Sa cavale se termine au Brésil au bout de quelques semaines, où il est arrêté par deux policiers new-yorkais.

Le temps de la rédemption

En 1974, après cinq ans de prison, le gouvernement fédéral des États-Unis lui offre la liberté conditionnelle, qu’il accepte, en échange de sa collaboration pour combattre la fraude.

Il enchaîne les emplois, se faisant évincer lorsque ses employeurs découvrent son passé. Après avoir déballé son curriculum vitae de malfaiteur, il est finalement embauché comme consultant en sécurité dans une banque.

Il fonde quelques années plus tard Abagnale & Associates, une société de conseil et de détection des fraudes, qui va lui permettre de rembourser le montant de tous ses forfaits.

Revenu dans le droit chemin, Abagnale Jr, est devenu millionnaire et connaît la célébrité. Il continue de collaborer avec le FBI et vit à Tulsa avec sa femme et ses trois enfants.

Aller plus loin :

J’avais des ailes… mais je n’étais pas un ange, « Catch Me If You Can », biographie, Frank Abagnale Jr

Laisser un commentaire