LED ZEPPELIN : groupe fondateur du rock moderne

Led Zeppelin

Les albums

Durant ses 12 ans d’existence, le groupe va sortir huit albums originaux. De nombreux morceaux appartiennent au panthéon de la musique rock.

  • Led Zeppelin I (1969)

Ce premier album signé chez le label américain prestigieux Atlantic, enregistré en un temps record (30 h), atteint la dixième place du hit-parade américain. Les idées directrices de Jimmy Page (blues lourd, heavy métal explosif et folk psychédéliquejoué par des musiciens virtuoses) tapent juste. Le premier essai est un coup de maître. 

  • Led Zeppelin II (1969)

Durant l’année 1969, le groupe va donner 150 concerts, en grande partie aux États-Unis, et enregistrer cet album entre deux concerts. Groupe de rock superstar au bout d’un an d’activité, Led Zepelin « va inventer la vie qui va avec, la « rock’n roll attitude » : « sex, violence, drug and rock’n roll », multipliant les frasques. N° 1 des deux côtés de l’Atlantique, le premier hymne du heavy métal “Whole lotta love” y figure.

  • Led Zeppelin III (1970)

N° 1 des ventes, cet album plus cérébral et plus acoustique que les précédents va dépasser les clichés du hard rock et s’inspirer de la folk psychédélique britannique. “Immigrant song” en est la chanson emblématique.

  • Led Zeppelin IV (1971)

Mêlant mysticisme, occultisme et un rock extrêmement lourd avec les morceaux « Black dog » et « Rock n roll » et le morceau de bravoure “Stairway to Heaven”, cet album sera vendu à 37 millions d’exemplaires.

Au sommet de son art, le groupe le plus célèbre au monde perçoit plus de 90 % des recettes de ses tournées gigantesques.

  • Houses of the holy (1973)

Album aux sonorités multiples (soul, folk, reggae et rock très lourd), aux morceaux millimétrés, très inspirés et très variés. Comme les quatre précédents, il sera numéro un des ventes de disques.

Le groupe qui s’est imposé neuf tournées aux États-Unis en cinq ans, reconnu d’abord aux États unis, a besoin de souffler. Le chanteur va se faire opérer des cordes vocales abimées par le rythme et l’intensité qu’il s’est imposés. Ils créent leur propre maison de disque Swan Song en 1974 prenant le contrôle total de leur production.

  • Physical graffiti (1975)

Double album contenant trois classiques “Khashmir », « In my time of dying » ou « Trampled under foot », qui sera numéro 1 des ventes…

Le groupe est plus populaire que les Rolling Stones. Ce sont les Beatles des seventies.

  • Presence (1976)

Cet album à la violence plus maîtrisée, subtile, classé numéro 1 des ventes, va diviser ses fans de la première heure. Le groupe va progressivement sombrer dans la drogue (Jimmy Page), l’alcool (John Bonham) et la violence. Le groupe est en pleine déchéance. Robert Plant, diminué vocalement, subit plusieurs drames personnels (accident, mort de son fils).  

  • In through the out door (1979)

Numéro 1 aux États-Unis, où le groupe est devenu une institution, l’album est dans la lignée de Présence, de qualité moyenne pour cette formation mythique.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous