EXPÉRIENCE COLLABORATEUR : la nouvelle priorité de l’entreprise

happiness

Comment évaluer la qualité de l’expérience collaborateur ?

Pour l’entreprise, il s’agit de conduire une analyse approfondie des motivations individuelles (rémunération, réalisation, sécurité, relations avec les collègues, style de vie, prestige, management, stimulation intellectuelle, altruisme…) et d’en consolider les différentes composantes. 

Des dispositifs d’ERM (« Employee Relationship Management »), dérivés du CRM (fidélisation des consommateurs) appliqués aux ressources humaines et à la communication interne, s’avèrent précieux.

Pourquoi l’expérience collaborateur devient une priorité de l’entreprise ?

De prime abord, afficher la maximisation de l’expérience collaborateur comme une priorité dans une économie de chômage de masse et de précarisation semble paradoxal. Les conditions de travail et le bien-être des collaborateurs ne sont pas la priorité de toutes les entreprises. Au mieux, il s’agit d’une préoccupation réservée à quelques talents évoluant dans des entreprises de nouvelles technologies.

En réalité, de nombreuses études ayant attesté de la relation étroite entre bien-être au travail et efficacité des collaborateurs, les pratiques de « happiness focus » initiées dans les start up de la Silicon Valley trouvent un écho de plus en plus favorable dans l’économie traditionnelle (Chief Happiness Officer).

La qualité de l’expérience client dépendant de l’expérience collaborateur, le bien-être du collaborateur est redevenu central, et ce, malgré les réticences et les doutes des hiérarchies au style de management traditionnel.

En pratique, replacer l’expérience collaborateur au cœur des priorités de l’entreprise suppose une véritable révolution culturelle :

  • mise en place d’un management transversal, de proximité, collaboratif ;
  • adoption de programmes d’intrapreneuriat ;
  • développement du télétravail, d’horaires flexibles, d’espaces de sport et de relaxation…

Si direction et management souhaitent à leur tour maximiser leur propre expérience, il ne leur reste plus qu’à se montrer à la hauteur de ces enjeux matériels, émotionnels, collaboratifs et éthiques !