SKI en général et SKI ALPIN en particulier: quelles en sont les origines ?

ski

Le ski devient un loisir plus répandu à partir des années 20 et 30.

La Fédération internationale de ski (FIS) et la Fédération française de ski (FFS) sont créées en 1924, et les premiers Jeux olympiques d’hiver ont lieu à Chamonix. Toutefois seul le ski nordique est reconnu par ces instances. La première « classique » de ski alpin a lieu en 1928 : c’est l’Arlberg-Kandahar. L’année 1932 voit la création à Chamonix de l’École de haute montagne (EHM), première école mondiale de formation des cadres des troupes de montagne.ski

Le Comité international olympique met finalement le ski alpin au programme des Jeux olympiques d’hiver de 1936, et Émile Allais, originaire de Megève y remporte la médaille de bronze du combiné.

La fin des années 30 marque l’essor du ski en France, avec la création de l’École du Ski français, fondée en 1937 par Émile Allais, Paul Gignoux, et Charles Diebold, avec le soutien de Léo Lagrange. Les victoires françaises d’Emile Allais et James Couttet au Championnat du monde de ski alpin participent à la diffusion du ski français, et la FFS passe de 7000 adhérents en 1930 à quelque 50 000 en 1939.

D’abord ouverts l’été, quelques palaces commencent à s’équiper du système de chauffage central pour ouvrir l’hiver. On y rencontre surtout des rentiers, des aristocrates ou des bourgeois oisifs.
La mode du ski va se développer durant l’entre-deux-guerres. C’est la Baronne de Rothschild qui en 1922 choisit Megève pour y installer sa station avec cinq hôtels. Elle possède en 1933 le premier téléphérique (Rochebrune) destiné aux seuls skieurs. roth

La neige étant la matière première indispensable pour l’exercice de ce qui deviendra « les sports d’hiver », il faut la conditionner pour la rendre apte aux besoins des skieurs. On aménage donc dans le domaine skiable des itinéraires où les descentes sont exemptes de dangers objectifs. Ceux-ci sont alors signalés, balisés et surveillés. On les appelle « les pistes ».

« Nous devons aux Scandinaves le ski à la spatule recourbée et effilée, mais ce sont les Alpins qui l’ont métamorphosé pour l’adapter à la descente et à la vitesse » explique J.-J. Bompard, secrétaire général des établissements Rossignol.

En 1932, l’adjonction de carres métalliques sur les arêtes inférieures du ski évite une usure des parties tendres du bois et apporte une plus grande précision dans la conduite du ski.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous