UN GRAND PEINTRE, UN CHEF D’ŒUVRE : VAN GOGH, LA NUIT ÉTOILÉE


Van Gogh et les courants artistiques

Après avoir expérimenté plusieurs styles, Van Gogh a fini par créer son propre style et va influencer de nombreux courants modernes.

Découvrant l’impressionnisme à Paris, il adopte la peinture claire sans renoncer aux cernes de ses figures. Avec Gauguin et Cézanne, tous influencé par l’impressionnisme, il est l’une des figures majeures du postimpressionnisme.

L’« impressionnisme » de Van Gogh se traduit par l’utilisation des effets de la lumière, les reflets qui expriment l’intensité lumineuse du moment. Les couleurs sont perçues dans leurs contrastes de complémentaires, par exemple, le vert et le rouge créent une image « complète ». Van Gogh admire la volonté de dépasser la représentation de la réalité. À travers ses tableaux, Van Gogh rêve d’exprimer plus qu’une image ou une représentation de la nature : ses sentiments, ses émotions.

Van Gogh a influencé la peinture postérieure, en particulier l’expressionnisme.

La dramatisation des scènes, la simplification, la caricature, annonce ce mouvement, où les peintres exposent sans pudeur la misère physique et morale. Les expressionnistes Kirchner, Heckel et Kokoschka vont s’inspirer de la technique de Van Gogh, le coup de pinceau brutal, les traces empâtées et granuleuses.

Le fauvisme est un mouvement pictural français qui s’affirme entre 1905 et 1907. Désirant séparer la couleur et l’objet, donnant la priorité à l’expression des couleurs, Van Gogh en est un des précurseurs. Avec sa palette de couleurs remarquable (couleurs vives, juxtapositions de tons non conventionnelles) il sera l’une des sources d’inspiration de peintres fauves, tels Vlaminck ou Derain.

Il contribue aussi à l’élaboration du symbolisme à travers sa volonté d’exprimer une émotion grâce à son art. Ce mouvement artistique qui se révèle entre 1886 et 1900 est une réaction au naturalisme. Il s’agit de « vêtir l’idée d’une forme sensible ». Les symbolistes ne peignent pas fidèlement l’objet, contrairement aux naturalistes, mais recherchent une impression, une sensation, qui évoque un monde idéal ; ils privilégient l’expression des états d’âme. Les symboles permettent d’atteindre la « réalité supérieure » de la sensibilité. Le symbolisme recherchait la poésie pure, « celle qui dira comment sont faits l’esprit et le monde en lui révélant la structure idéale de l’univers, invitant la poésie à rejoindre la mystique ». La quête de Van Gogh est identique.

Van Gogh est un précurseur qui a ouvert de nouvelles voies et un maître à l’égal de Léonard de Vinci, de Rembrandt ou de Picasso avec une production très importante et une trajectoire artistique fulgurante en durée et par ses différents styles.

Suite, page suivante : cliquer sur « 4 » ci-dessous

Laisser un commentaire