UN GRAND PEINTREUN CHEF D’ŒUVRE : AUGUSTE RENOIR, BAL DU MOULIN DE LA GALETTE

renoir

Décrochant des commandes pour des portraits prestigieux, il commence peu à peu à vivre de sa peinture. Son art évolue vers la recherche d’effets de lignes, de contours soulignés ou de contrastes marqués.

Entre 1881 et 1883, Renoir effectue des voyages dans le sud de la France, en Afrique du Nord et en Italie. Impressionné par les œuvres de Raphaël et d’Ingres, il entre dans une période ingresque, culminant en 1887 avec le tableau « Grandes Baigneuses » très décrié à la fois par l’avant-garde, les milieux académiques et son marchand d’art Paul Durand-Ruel. Les formes et les contours y sont dessinés avec rigueur, les couleurs sont plus froides, plus incisives.grandes baigneuses renoir

De 1890 à 1900, Renoir change de nouveau de style conservant des sujets proches de ceux d’Ingres mais, peignant à coups de traits plus fluides proche de la manière impressionniste.

La décennie qui suit est celle de la consécration. Il vend bien ses œuvres et est reconnu par la critique et les milieux officiels. En 1903, il s’installe avec sa famille à Cagnes-sur-Mer, peignant des portraits, des nus, des natures mortes et des scènes mythologiques.

Devenu un peintre majeur de l’art occidental, il expose en Europe et aux États-Unis. Il s’essaie à de nouvelles techniques telles que la sculpture, malgré des mains déformées par la polyarthrite et entourées de bandelettes de gaze. De 1913 à 1918, il collabore avec Richard Guino, un jeune sculpteur catalan. Ils créent des pièces majeures. renoirAvec le sculpteur Louis Morel, il réalise des terres cuites et des sculptures.

Renoir continuera à peindre jusqu’à sa mort en 1919. Sur son lit de mort, on rapporte qu’il aurait peint un bouquet de fleurs et déclaré : « Je crois que je commence à y comprendre quelque chose. »

Il est souvent surnommé “le peintre du bonheur”, car plaçant la gaieté au cœur de ses toiles et mettant en scène un quotidien joyeux dans un cadre urbain ou bucolique, intime ou populaire. L’histoire de l’art considère que son retour au classicisme a fortement inspiré la jeune génération d’artistes du début du XXè siècle : Picasso, Henri Matisse ou Pierre Bonnard.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous