FABLES DE LA FONTAINE : MORALES (II/V)

la fontaine
Deux (les) Rats, le Renard et l’Oeuf (IX) (Discours à Madame de La Sablière) Pas de morale, mais les comportements des animaux décrits dans ce texte vont à l’encontre de la théorie des « animaux-machines » que La Fontaine réfute.
Deux (les) Taureaux et une Grenouille (lI, 4) Hélas ! On voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises des grands.
Devineresses (les) (VII, 15) C’est souvent du hasard que naît l’opinion ; 
Et c’est l’opinion qui fait toujours la vogue.
Dieux (les) voulant instruire un fils de Jupiter (XI, 2)  ……………………………….
de quoi ne vient à bout

L’esprit joint au désir de plaire ?

Discorde (la) (VI, 20) L’auberge enfin de l’Hyménée 
Lui fut pour maison assignée.
Discours à Madame de La Sablière (IX) Pas de morale, mais les comportements des animaux décrits dans les textes vont à  l’encontre de la théorie des « animaux-machines » que La Fontaine réfute.
Discours à Monsieur le duc de La Rochefoucauld (X, 14) Le moins de gens qu’on peut à l’entour du gâteau, 
C’est le droit du jeu (1), c’est l’affaire.
(1) c’est la règle du jeu
Dragon (le) à plusieurs têtes et le Dragon à plusieurs queues (I, 12) Colbert, sans porter le titre de premier ministre, gouverne avec un autoritarisme intransigeant. En 1663, nul ne se méprenait sur la tête qui entraînait le conseil et le roi lui-même. La leçon, dès lors, est claire. Les événements de politique extérieure  servent d’exemple et d’illustration pour l’ « hydre  » qui menace la France. »
Ecolier (I’), le Pédant, et le Maître d’un jardin (IX, 5) Au XVIIème, le Pédant est le maître d’école.
Je hais les pièces d’éloquence 
Hors de leur place, et qui n’ont point de fin ; 
Et ne sais bête au monde pire 
Que l’Ecolier, si ce n’est le Pédant.
Ecrevisse (I’) et la Fille (Xll, 10) Les sages quelquefois, ainsi que l’Ecrevisse, 
Marchent à reculons, tournent le dos au port. 
C’est l’art des matelots : c’est aussi l’artifice 
De ceux qui, pour couvrir quelque puissant effort, 
Envisagent un point directement contraire.
Education (I’) (VIII, 24) On ne suit pas toujours ses aïeux ni son père : 
Le peu de soin, le temps, tout fait qu’on dégénère. 
Faute de cultiver la nature et ses dons, 
Ô combien de Césars deviendront Laridons !
Eléphant (I’) et le Singe de Jupiter (XII,21) Les petits et les grands sont égaux à leurs yeux (aux yeux des Dieux)
Enfant (l’) et le Maître d’école (I, 19) (fable à rapprocher de « l’Ecolier, le Pédant et le Maître d’un jardin ») 
En toute affaire ils ne font que songer 
Aux moyens d’exercer leur langue.
Enfouisseur (l’) et son compère (X, 4) Il n’est pas malaisé de tromper un trompeur
Faucon (le) et le Chapon (VIII, 21) Une traîtresse voix bien souvent vous appelle ; 
Ne vous pressez donc nullement
Femme (la) noyée (III, 16) Illustration de : rien ne peut changer un caractère ou un tempérament
Femmes (les) et le Secret (VIII, 6) Rien ne pèse tant qu’un secret ; 
Le porter loin est difficile aux dames 
Et je sais même sur ce fait 
Bon nombre d’hommes qui sont femmes.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous