MICHEL AUDIARD : ses répliques « culte »

michel audiard
Le football n’intéresse que les politiciens, les enfants, et les fabricants de ballons.
Le jour est proche où nous n’aurons plus que « l’impôt » sur les os.
Le piano, c’est l’accordéon du riche.
Les bénéfices ça se divise, la réclusion, ça s’additionne.
Les conneries c’est comme les impôts, on finit toujours par les payer.
Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.
Les Français m’agacent prodigieusement, mais comme je ne connais aucune langue étrangère, je suis bien obligé de parler avec eux.
Les mauvaises pensées ne sont permises qu’aux gens importants.
Lorsque l’on se défait d’un vice, on s’éprend d’un autre.
N’oublie pas ce qu’a dit le médecin : cinq gouttes. La posologie ça s’appelle. Et de la posologie au veuvage, c’est une question de gouttes.
On est gouvernés par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne sauraient pas faire pousser des radis.
On faisait chambre commune et rêves à part.
On ne peut pas essayer d’être amoureuse de Papa. Maman a déjà essayé.
Pauv’ con ! Le droit ? Mais dis-toi bien qu’en matière de monnaie les États ont tous les droits, et les particuliers, aucun !
Pourquoi certains n’auraient pas tout ? Il y en a qui n’ont rien. Ça fait l’équilibre.
Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, les types de 60 kilos les écoutent.
Quand on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner.
Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute.
Rouler des mécaniques c’est une maladie des hommes.
S’il fallait que les femmes s’occupent d’où vient l’argent qu’elles dépensent, les bijoutiers pourraient plier boutique.
Si la connerie se mesurait, tu servirais de mètre-étalon. Tu serais à Sèvres.
Si on a du génie, on ne fait pas de cinéma, on écrit un grand livre.
Tout romancier, tout cinéaste, a au fond de lui un nombril du monde à exhiber.
Un financier ça n’a jamais de remords. Même pas de regrets. Tout simplement la pétoche.
Un gentleman, c’est celui qui est capable de décrire Sophia Loren sans faire de geste.
Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche.
Un pigeon, c’est plus con qu’un dauphin, d’accord… mais ça vole.
Un secret consiste à ne le répéter qu’à une seule personne à la fois.
Une habitude bien française consiste à confier un mandat aux gens et de leur contester le droit d’en user.
Une minute d’écart, ça peut se transformer en années de placard.
Vous connaissez mal les français. Nous avons le complexe de la liberté, ça date de 89. Nous avons égorgé la moitié de l’Europe au nom de ce principe. Depuis que Napoléon a écrasé la Pologne, nous ne supportons pas que quiconque le fasse à notre place.