LE CHAT DANS L’ÉGYPTE ANTIQUE : UN ANIMAL RESPECTÉ, PROTÉGÉ ET VÉNÉRÉ

Un caractère sacré

Le chat était perçu comme l’incarnation des dieux sur Terre.

Selon la mythologie égyptienne, le chat de Ré aidé de Seth et d’Isis, combattait chaque nuit Apophis (serpent géant attaquant la barque de Ré voguant sur le Noun), dieu des forces mauvaises et de la nuit, symbolisant le chaos et le mal, cherchant à anéantir la création divine. Apophis étant vaincu à chaque fois, chaque lever du soleil marquait la victoire de Rê.

La plus ancienne forme de déité représentée en Égypte était Mafdet, la déesse à tête de lion [– 3100 Av JC]. Son culte était associé à la guérison du corps et de l’esprit. Egypte_louvre_028Elle fut ensuite supplantée par Bastet, une déesse lionne, comme sa sœur Sekhmet, représentée par la suite sous la forme d’une chatte, version adoucie de la puissance terrifiante de sa sœur. Sekhmet et Bastet étaient considérées comme les yeux de Rê. sekhmet.jpg

800px-Bastet_dame_katzenkopf1200px-Bastet.svg

Bastet, déesse de la douceur, à la forme d’une chatte ornée de bijoux, répandait la joie et l’amour. Sous les traits de Sekhmet, elle combattait les ennemis de Rê et du pharaon.  Responsable des calamités naturelles ou de leur absence, elle était honorée lors du Nouvel An pour qu’elle préserve les hommes et le pharaon.

Mouvement religieux important à l’avènement du Nouvel Empire, son culte a pris une ampleur inégalée lorsque Sheshonq Ier créa la ville de Bubastis à l’est du delta du Nil.

Très populaire, car symbolisant la fertilité, la maternité, la protection et la bienveillance, sa statue était transportée en barque sur le canal entourant le temple de Bubastis lors du festival annuel. Des prières et des offrandes accompagnaient le rituel. Des milliers de momies de chats ont ainsi été retrouvées à Bubastis.

Le chat tenait un rôle sacré de gardien, de nombreuses représentations montrant un chat décapitant le serpent monstrueux Apopi, l’ennemi de Rê, le Créateur. Rê est parfois représenté avec un corps humain avec une tête de chat.

Dans les temples, on élevait des chats, nourris grâce aux offrandes des fidèles désireux d’obtenir une faveur des dieux. Le prêtre chargé des chats avait un poste important. Quand on voulait adresser une requête à Bastet, la déesse chatte, on donnait une somme d’argent au prêtre chargé des chats ; celui-ci donnait au chat l’équivalent en poisson et le prêtre interprétait le comportement de l’animal.chats

Peu à peu, le chat a vu son rôle décliner. Demeurant animal de compagnie, il ne fut plus adoré dans les temples et son rôle protecteur disparut avec le recul des maladies et de la peste.

Les cultes païens furent officiellement interdits par l’Édit de Thessalonique, décrété par l’empereur romain Théodose Ier le 27 février 380 av J.-C.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous