PAYS DE COCAGNE : origines, expressions, représentations

Ses représentations

En 1567, Pieter Bruegel a peint son « Pays de Cocagne » alors que Bruxelles était à feu et à sang, les armées de Philippe II d’Espagne tentant de mater la révolte des Gueux, opposant les révoltés néerlandais à l’Empire espagnol.BrueghelLand_of_Cockaignedetail

Dans ce tableau, trois personnages endormis et repus représentent les trois ordres de la société médiévale : le clergé, la noblesse d’arme et la paysannerie. Ils sont égaux dans l’abondance. Les cailles et les oies tombent du ciel déjà cuites, les cochons lardés ou les œufs à la coque accourent. Les soldats, les agriculteurs, les étudiants ne travaillent plus. Cette trêve perpétuelle est rendue possible par la grande abondance.

La fable de Fénelon « Un voyage dans l’île des plaisirs » décrit un pays de Cocagne.

Le « Roi de Cocagne » est une comédie de Le Grand, où un paysan écoute la description de l’île qui appartient au roi et ses palais faits en confiture. ob_1d637e_012ob_8ea170_004Un conte de Grimm évoque également le Pays de Cocagne.

Ce pays de Cocagne est une utopie, celle de l’existence d’un jardin d’Éden terrestre, d’un lieu d’abondance, d’oisiveté et d’égalité.