GOUFFRE DE PADIRAC : une merveille naturelle

padirac

Les curiosités naturelles

Après les 207 marches de l’escalier métallique de style Eiffel (des ascenseurs sont également disponibles), lorsqu’on arrive au fond du gouffre et quand on lève les yeux, “on se croirait dans un télescope”, écrivit Martel.

En longeant la galerie de la Source, on rejoint l’embarcadère pour la visite en canot sur la rivière Plane.201806-frenchvadrouilleur.fr-Gouffre-PadiracP6230101.tb La ballade sur l’eau émeraude bordée de falaises ocre fait apparaître une succession de concrétions monumentales, telle la stalactite de la Grande Pendeloque (60 m).padirac

Lorsque l’on entre dans la salle du Grand Dôme, on découvre une cathédrale minérale dotée d’une voûte de plus de 90 m de hauteur.image

En s’y rendant, on peut aussi admirer la Pile d’assiettes : un empilement de feuilles de calcaire créées avec le temps par les gouttes d’eau tombant du plafond.IMG_0663

La galerie étroite du Pas du crocodile ouvre sur le lac des Gours, un ensemble de vasques formées par des retenues de calcite d’une blancheur immaculée miroitant dans l’eau turquoise translucide.Le Lac des Gours (2014)

Le 9 juillet 1889, la merveille naturelle qu’Edouard-Alfred Martel parcourait sur un canot dans le silence et l’obscurité à la lueur d’une lampe s’offre à présent en partie aménagée à près de 500 000 visiteurs par an, méritant à elle seul un voyage dans le Quercy.