ÊTRE UN CORDON BLEU : origine et signification

cordon bleu

Abolie à la Révolution, Napoléon Bonaparte remplaça cette décoration en 1802 par la Légion d’honneur.

L’Académie française consacra cette métaphore dans son dictionnaire de 1832 (“Cordon bleu des beaux esprits”).

Entrant dans le langage courant, l’expression “cordon bleu” a principalement désigné des femmes très bonnes cuisinières, extrêmement compétentes et plébiscitées par leurs pairs.

En 1895, la journaliste Marthe Distel publia le premier journal de cuisine “La cuisinière cordon bleu”. Elle fonda également les écoles d’art culinaire “Le Cordon Bleu » présentes dans 27 pays et reconnues comme une des meilleures formations de cuisine au monde.

Aujourd’hui, « être un cordon bleu » s’emploie aussi bien pour les femmes excellentes cuisinières que les hommes.

Ses équivalents dans les langues étrangères :

  • Allemand : Ein Cordon Bleu / un cordon bleu ;
  • Anglais : A cordon bleu chef / un excellent cuisinier
  • Espagnol : Un gran cocinero (a) / un grand cuisinier (e)
  • Flamand : een keukenprinses / une princesse de cuisine
  • Brésilien : Mestre-cuca / Maître cuisinier