RIMBAUD : 50 citations d’anthologie

rimbaud
La nature n’est qu’un spectacle de bonté.
La seule chose insupportable, c’est que rien n’est supportable.
La vie est la farce à mener par tous.
La vie fleurit par le travail.
La vision de la justice est le plaisir de Dieu seul.
La vraie vie est absente. Nous ne sommes pas au monde.
Le ciel est joli comme un ange.
Le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d’hommes.
Le monde a soif d’amour : tu viendras l’apaiser.
Le monde est très grand et plein de contrées magnifiques que l’existence de mille hommes ne suffirait pas à visiter.
Le monde marche ! Pourquoi ne tournerait-il pas ?
Le poète est vraiment voleur de feu. Il est chargé de l’humanité, des animaux même ; il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions.
Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens.
Le travail humain ! c’est l’explosion qui éclaire mon abîme de temps en temps.
Les aubes sont navrantes. Toute lune est atroce et tout soleil amer.
O flots abracadabrantesques Prenez mon cœur, qu’il soit sauvé.
O saisons ô châteaux L’âme n’est pas sans défauts.
On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
Plus de lendemain, braises de satin, votre ardeur est le devoir.
Plus fortes que l’alcool, plus vastes que nos lyres, Fermentent les rousseurs amères de l’amour.
Quand irons-nous, par delà les grèves et les monts, saluer la naissance du travail nouveau, la sagesse nouvelle, la fuite des tyrans et des démons, la fin de la superstition, adorer – les premiers ! – Noël sur la terre !
Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, elle sera poète, elle aussi !
Si stupide que soit son existence, l’homme s’y rattache toujours.
Tous les êtres ont une fatalité au bonheur.
Un soir, j’ai assis la Beauté sur mes genoux. – Et je l’ai trouvée amère.

Sélection d’ouvrages :