FRANCHIR LE RUBICON : origine et signification

En 50 av. J.-C., Pompée convainc le Sénat de lancer un sénatus-consulte contre César, enjoignant à celui-ci de prendre congé de son armée. César demande une prorogation de son commandement qui lui est refusée ; les Pompéiens invoquant le respect de la légalité, César mettant en avant la protection de sa dignité et la liberté du peuple. Le conflit est en réalité une lutte de pouvoir entre César et Pompée. Comme l’écrivit Cicéron, quelle qu’en soit l’issue, il pensait qu’il en sortirait un pouvoir personnel et la fin de la République romaine.History_of_Julius_Caesar_(1849)-Jacob-Abbott(14596755100)
Après d’ultimes négociations infructueuses, César décide 11 janvier 49 av. J.-C. de franchir le Rubicon avec une partie de son armée. cesar-rubicon-kabila-rdcPrenant une décision irréversible, lourde de conséquences et un gros risque, il prononcera la phrase célèbre « Alea jacta est » (le sort en est jeté). Violant la loi, il lance un défi mortel au Sénat qui dirige la République. Cette décision marque le début de l’épreuve de force avec Pompée et ses soutiens.

Le 23 janvier, Pompée et une partie du sénat s’enfuient en Grèce, laissant le trésor à Rome, trouvé par César et mis à sa disposition. En mars, il fait voter une loi donnant la citoyenneté romaine aux cisalpins, gagnant leur faveur et part ensuite en Espagne.

César soumettra l’Italie entière en moins de neuf semaines. Un an et demi après avoir franchi le Rubicon, il vaincra Pompée en Grèce à la bataille de Pharsale.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous