NOTRE-DAME DE PARIS : l’histoire des Mays, les grands tableaux de peinture sacrée du XVIIe siècle

J.F. Depelchin. "Vue intérieure de Notre-Dame en 1789". Huile sur bois. Paris, musée Carnavalet. Dimensions: 43 x 54 cm

24 Mays ont été perdus ou détruits.

1631 Pierre-Antoine Lemoine Le miracle de la sainte Vierge perdu
1633 Georges Lallemant Saint Étienne priant avant d’être lapidé perdu
1636 Jacques de Létin Saint Paul prêchant à l’Aréopage détruit en 1870, autrefois à Strasbourg, musée des Beaux-Arts
1638 Claude Vignon Le baptême de l’eunuque de la reine Candace perdu
1641 Nicolas Prévost La décollation de saint Jacques perdu
1645 Charles Errard Saint Paul recouvre la vue perdu
1653 Charles Poerson Saint Paul à Malte piqué par une vipère perdu
1654 Zacharie Heince La conversion de Lydie perdu
1659 René Dudot Saint Pierre ressuscite la veuve de Tabitha perdu
1665 Zacharie Heince Saint Pierre et Simon le magicien perdu
1668 Claude-François Vignon Saint Barthélemy guérissant la file du roi d’Arménie perdu
1669 Louis Boullogne le Père L’Ascension perdu
1671 Jean-Baptiste de Cany La Conversion de saint Denys L’Aréopagite à Athènes perdu
1673 Jean Jouvenet Jésus guérissant le paralytique perdu (détruit en 1944 dans la chapelle de l’École militaire de Saint-Cyr)
1676 Michel Ballin La séparation de saint Paul et de saint Barnabé perdu
1679 Jean-Baptiste Corneille La Délivrance de saint Pierre perdu
1681 Alexandre Ubelesqui Le baptême du Christ perdu
1689 Louis Chéron Salomé portant la tête de saint Jean-Baptiste perdu
1696 Joseph Christophe La multiplication des pains perdu
1697 François Marot L’Apparition du Christ aux trois Marie perdu
1698 Joseph Vivien L’Adoration des mages perdu
1699 François Tavernier Le repentir de saint Pierre perdu
1700 Guy-Louis Vernansal Le Christ et le possédé aveugle et muet perdu
1701 Étienne Regnault Le Christ et la femme adultère perdu

notre-dameCette collection de grands Mays offerts à Notre-Dame de Paris, dispersée, en partie disparue ou en mauvais état, conserve un très grand intérêt historique, témoignage de l’évolution du goût artistique au XVIIème siècle. Elle constitue également une collection artistique majeure des plus grands artistes du grand Siècle qu’il y aurait lieu de préserver et réunir dans son écrin d’origine, une fois reconstruit.