CATHÉDRALES DE FRANCE : de la période principale d’édification (1180-1240) à nos jours

Le style gothique, style dominant des cathédrales du XIIè et XIIIè siècle

À quelques exceptions près (cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth d’Orange, cathédrale Saint-Front de Périgueux, cathédrale de Vaison-la-Romaine…),  les cathédrales romanes ont été progressivement remplacées au XIIe siècle par des cathédrales gothiques.

Ce style architectural d’origine française s’est développé en Île-de-France et en Haute-Picardie au XIIè siècle sous la dénomination d’opus Francigenum ou « mise en œuvre française ». Les tout premiers édifices « protogothiques » sont nés dans la région francilienne remplaçant des monuments paléochrétiens aux murs fins, charpentés et percés de nombreuses baies.

L’avènement des Capétiens et la consolidation de l’État au fur et à mesure de l’annexion des fiefs féodaux, imposèrent comme symbole du pouvoir royal le renouvellement de ces édifices. À la frontière de régions dynamiques sur le plan architectural que ce soit la Bourgogne (arc brisé inventé à l’abbaye de Cluny, arcs-boutants inventés à Cluny et Vézelay), le monde anglo-normand (la voûte sur croisée d’ogive de la cathédrale de Durham ou de l’abbaye de Lessay) la Picardie et l’Île-de-France voient les premiers maîtres gothiques synthétiser toutes ces influences.

Le style gothique se diffusa ensuite au nord puis au sud de la Loire et en Europe jusqu’au milieu du XVIIè siècle. L’architecture gothique, l’un des plus grands accomplissements artistiques du Moyen Âge, est de fait une évolution de l’architecture romane.

La forme des piles, la décoration des chapiteaux, la proportion des niveaux (grandes arcades, triforium, fenêtres hautes) constituent l’esthétique de l’architecture gothique fondée sur :

  • une volonté de hauteur (cathédrale Saint-Pierre de Beauvais) ;
  • une recherche de la verticalité (cathédrale Notre-Dame d’Amiens) ;
  • une alternance des vides et des pleins (cathédrale Notre-Dame de Laon) ;
  • une fusion de l’espace (cathédrale Saint-Étienne de Bourges) ;
  • une multiplication des jeux de lumières et de couleurs (cathédrale Notre-Dame de Chartres)
  • une volonté d’accueillir le plus grand nombre de fidèles (les deux tiers de l’église gothique sont désormais réservés aux laïcs).

Suite, page suivante : cliquer sur « 4 » ci-dessous