NOTRE-DAME DE PARIS : l’inestimable trésor, son histoire et ses pièces majeures

La Sainte Couronne d'Epines.

Autre pièce de grande valeur, l’ancien reliquaire de la Sainte Couronne d’Épines a été créé en 1804 par Charles Cahier.

Le trésor contient des reliques de saint Louis, roi de France : des vêtements (dont une tunique), un fragment de sa mâchoire et d’une côte.trésor

Parmi les pièces du XIXè et XXè siècle qui y sont exposés, de nombreux manuscrits précieux et des livres imprimés sont exposés dans les couloirs.

Y figure également une collection d’ornements sacerdotaux dont le Grand lutrin de Notre-Dame est créé par l’orfèvre Placide Poussielgue-Rusand d’après les dessins d’Eugène Viollet-le-Duc, classé à titre d’objet des monuments historiques.

Grand_lutrin_de_Notre-Dame_01

De nombreux souvenirs de Viollet-le-Duc et de son travail de restauration ainsi que de Paul Claudel et de sa conversion dans l’enceinte de Notre-Dame y sont conservés.

Dans la salle principale, se trouve une collection d’orfèvrerie, dont le reliquaire de la croix de Saint-Claude offert par le roi René au XVè siècle au couvent des célestins d’Avignon.Paris_(75004)_Cathédrale_Notre-Dame_Trésor_Reliquaire_de_la_Croix_dit_de_Saint_Claude

Le reliquaire Vierge à l’Enfant, offert à la cathédrale par le roi Charles X en 1826, est l’œuvre d’Odiot. 0acb9414acdf8ae76b8dca29b384dff7Différents souvenirs des papes Léon XIII (ciboires) et Jean XXIII ainsi que des croix y figurent.

Dans la salle capitulaire, une collection de 258 camées à l’effigie de tous les papes depuis saint Pierre jusqu’à Pie IX, sculptés dans les ateliers de Torre des Greco, furent donnés par un riche donateur bavarois en 1887. Les camées des dix derniers papes ont été réalisés en 2008 à l’occasion des 120 ans de la collection par les orfèvres Goudji et Rouge-Pullon.

Certains objets antérieurs à la Révolution ont été rassemblés dans un meuble spécialement dessiné par Viollet-le-Duc dont une croix en ébène et cuivre, avec un Christ en ivoire attribué à François Girardon.

Parmi les œuvres récentes, une cuve baptismale utilisée par Jean Paul II lors des JMJ de 1997, son aiguière ainsi qu’un chandelier pascal créés par l’orfèvre Goudji y sont conservées.

De part la rareté des matériaux employés (or, vermeil, pierres précieuses) et leur façonnage unique ou leur caractère sacré, les dons somptueux faits par les souverains ou les plus fortunés au trésor de Notre Dame marquaient leur attachement profond à l’Église. Œuvres de mécénat artistique, ils étaient, au delà de leur fonction liturgique, des biens précieux utilisables en temps de crise. L’ensemble des pièces du trésor constitué après la révolution de 1789 et de 1830 ont réchappé à l’incendie du 15 avril 2019.