ABEILLES : une intelligence collective remarquable

La mise en œuvre

Une fois le site choisi, les participantes au débat exhortent par des “cris” aigus et des bousculades leurs compagnes à sortir de leur léthargie. En effet, pour réduire sa consommation d’énergie, le reste de l’essaim avait temporairement abaissé sa température. En moins d’une demi-heure, toutes les abeilles se réchauffent et atteignent la température de 35 °C. Elles s’envolent alors d’un coup, formant une nuée pouvant atteindre quelques mètres de largeur et quelques dizaines de mètres de longueur. Essaim_d'abeilles_en_vol_(modifiée).jpg

L’essaim est dirigé à la vue. Les abeilles qui connaissent la localisation du nouveau site (les traceuses) montrent la voie positionnées au-dessus de l’essaim. Elles vont jusqu’à trois fois plus vite que les autres abeilles pour montrer la direction et se relaient dans la partie haute du nuage. 

Il arrive que l’essaim s’arrête en route et se pose, désorienté. Les éclaireuses reprennent alors, à même la grappe, la danse frétillante du départ corrigée de la distance déjà parcourue.

Une fois l’essaim définitivement fixé, les ouvrières bâtissent très rapidement des rayons de cire pour loger le nouveau couvain et y stocker le miel. 2086537481_small_1.jpgLa reine se remet à pondre seulement 3 jours après l’arrivée sur le nouveau site, afin d’assurer le développement de la nouvelle colonie le plus vite possible. La reine pouvant vivre jusqu’à 5 ans, elle peut essaimer plusieurs fois dans sa vie.

Les fondements de la démocratie des abeilles

L’essaim apparaît comme un super-organisme caractérisé par l’absence d’un leader et l’existence d’un comité d’expertspartage d’informations, débat contradictoire et consensus forment une démocratie par délégation participative.

Il s’agit d’une véritable leçon de sagesse collective où :

  • discussion équitable et débat aussi large que possible sont favorisés,
  • toutes les options sont explorées sans a priori,
  • les décisions sont prises sans confrontation au seul bénéfice du groupe et de sa survie.

Le développement d’un savoir commun et l’instauration d’un large consensus permettent une forte adhésion à la décision finale et sa mise en œuvre collective.