MICHEL SERRES : pensées marquantes

Nous ne voulons plus coaguler nos assemblées avec du sang. Le virtuel, au moins, évite ce charnel-là.
Nous pouvous et nous devons faire de la Terre un sujet de droit.
Nous sommes si nombreux à nous contenter d’avancer un pied devant l’autre, sans même nous étonner de ce petit miracle matinal.
Nous vivons aujourd’hui une crise aiguë des langues. Jadis tenues pour trésors, elles tombent en mésestime, chacun saccage la sienne, comme on a fait de la terre.
Par téléphone cellulaire, ils accèdent à toutes personnes par GPS, en tous lieux par la Toile, à tout le savoir : ils hantent donc un espace topologique de voisinages, alors que nous vivions dans un espace métrique, référé par des distances.
Pars: sors du ventre de ta mère, du berceau, de l’ombre portée par la maison du père et des paysages juvéniles. Le voyage des enfants, voilà le sens nu de mot grec pédagogique. Apprendre lance l’errance.
Polluer, c’est d’abord s’approprier. Pour ne plus polluer, il faut apprendre à ne plus s’approprier les choses.
Pour l’instant, les gens qui produisent des CD-Rom se trompent. Ils produisent pour vendre à qui? A un public affamé de connaissances? Ou il est riche et il n’a pas le temps, ou il a du temps et il n’a pas d’argent.
Pour la première fois de l’histoire, on peut entendre la voix de tous. La parole humaine bruit dans l’espace et par le temps.
Pour voir le temps qu’il fait, nul n’observe plus le ciel, tous regardent la météo, à la télévision.
Quand je caresse mon amie, mes yeux magnifient son regard, mon tact habille et exalte sa peau qui glorifie la mienne. L’ego vit et vaut de créer de l’ego chez autrui qui, alors, peut le rendre au premier au décuple, en vie et en valeur.
Quand vous condamnez ceux qui vivent pour manger, vous qui dites manger pour vivre, avez-vous décidé pourquoi vous viviez?
Qui ne bouge n’apprend rien. Oui, pars, divise-toi en parts.
Rien ne donne plus le sens que de changer de sens.
Rien ne se construit, ne se fait, ne s’invente, sinon dans la paix relative, dans une petite poche de paix locale rare maintenue au milieu de la dévastation universelle produite par la guerre perpétuelle.
Rien ne vaut la puissance de l’entraînement.
Seul l’exercice de l’altérité permet de devenir maître de sa propre vie.
Supposé qu’Euclide et ses prédécesseurs aient considéré le triangle comme une moitié de carré ou, mieux, d’un parallélogramme: ils auraient été immédiatement conduits au vecteur, c’est-à-dire à la structure de l’espace comme espace vectoriel.
Tintin, c’est le Jules Verne des sciences humaines. L’Oreille cassée commence dans le musée ethnographique, il a des amis chinois ou sud-américains… Son oeuvre est concomitante des débuts et des développements de l’anthropologie.
Tout est organisé autour du conflit, c’est certain! Cela suscite des passions, mais cela se réduit à du spectacle, sans jamais résoudre aucune question.
Tout le mal du monde vient-il de l’appartenance ? Sans doute. Tout le mal du monde vient de ces limites, de ces frontières fermées, enfin des comparaisons et des rivalités qu’elles suscitent.
Un certain désordre favorise la synthèse.
Un chercheur est celui qui risque sa vérité et qui se casse la figure.
Un écrivain n’a besoin dans sa bibliothèque, d’aucun autre livre que ces deux là, bon usage et dictionnaire.
Un philosophe doit aussi enseigner, pas seulement de la philosophie, mais aussi du savoir.
Une vie d’expériences fraie le passage, court ou long, stérile ou fructueux, du néant à la mort, en transitant par la joie, indéfiniment dilatée.

Laisser un commentaire