ALLERGIES AUX POLLENS : l’impact grandissant du réchauffement climatique

Pour provoquer une réaction d’allergie :

  • le pollen d’arbre ou herbacé doit être émis en grande quantité (graminées, ambroisies, cyprès, bouleaux…). Les pollens comme le mimosa (reproduction et transport par les insectes) peuvent provoquer des réactions de voisinage.
  • le pollen doit être de petite taille pour demeurer longtemps dans l’atmosphère et parcourir de plus grandes distances.
  • le pollen doit avoir un fort pouvoir allergisant (libération de particules protéiques responsables de la sensibilisation).

Les bons gestes

Dès les premiers symptômes, ne pas hésiter à consulter un professionnel de santé.
Certaines recommandations générales sont à adapter selon les cas pendant la période pollinique concernée :

  • À l’intérieur :
    • Se rincer les cheveux le soir, car les pollens s’y déposent en grand nombre
    • Favoriser l’ouverture des fenêtres avant le lever et après le coucher du soleil, car l’émission des pollens dans l’air débute dès le lever du soleil
    • Éviter l’exposition aux autres substances irritantes ou allergisantes en air intérieur
      (tabac, produits d’entretien, parfums d’intérieur, encens, etc.).
  • À l’extérieur :
    • Éviter les activités qui entraînent une surexposition aux pollens (entretien du jardin, activités sportives),
    • privilégier la fin de journée et le port de lunettes de protection et de masque,
    • éviter de faire sécher le linge à l’extérieur, car les pollens se déposent sur le linge humide,
    • En cas de déplacement en voiture, gardez les vitres fermées.

En cas de pics de pollution atmosphérique, être encore plus attentif à ces recommandations, les symptômes allergiques pouvant se majorer.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous