SITE BALNÉAIRE D’EXCEPTION : SAINT-JEAN CAP-FERRAT

Jusqu’aux années 1930, la Côte d’Azur était presque exclusivement fréquentée par le tourisme de luxe. Ses visiteurs étaient essentiellement de riches oisifs ou des têtes couronnées descendues des régions du nord : Angleterre et Russie particulièrement. Ils ne venaient que l’hiver pour de longs séjours. La reine Victoria avec sa cour, de nombreuses familles aristocratiques, la princesse Louise, le duc de Connaught, le président Paul Deschanel ainsi que des hommes politiques de la IIIe République, la pianiste Marguerite Long, le violoniste Jacques Thibaud, des acteurs tels que Charles Boyer et Charlie Chaplin, s’y succédèrent.

C’est seulement vers 1930 que quelques originaux, écrivains ou artistes d’avant-garde, se risquèrent à « descendre » l’été sur la Côte. Ils en espéraient tous l’isolement. De ce fait, un snobisme de l’originalité entourait ces vacances à contre-courant. 

Dans les années 1950, le tourisme devient plus estival. largeStation balnéaire à la mode, Saint-Jean–Cap-Ferrat accueillit des célébrités du monde entier (Édith Piaf, Charlie Chaplin, Élisabeth Taylor et Richard Burton, Jean Paul Belmondo, Roger Moore, Tony Curtis, David Niven ou encore Romy Schneider qui s’y maria en 1966) et des hommes politiques (Général de Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing, Raymond Barre, Winston Churchill, Georges Bush, Bill Clinton ou encore Boris Eltsine).Saint_Jean_Cap_Ferrat

Dans les années 2000, la superficie limitée de la presqu’île, sa proximité avec Monaco et l’engouement des oligarques russes firent flamber les prix faisant de Saint-jean Cap Ferrat la ville où le prix de l’immobilier est à présent le plus cher de France et du monde: de l’ordre des 44 000 €/m² en moyenne, allant jusqu’à plus de 216 000 € !42477298431_3e7338bbdf_b.jpgLes transactions immobilières s’y déroulent dans la plus grande discrétion. Saint-Jean–Cap-Ferrat est l’antithèse de Saint-Tropez, recherchée pour son calme et sa tranquillité. La discrétion étant la règle, l’anonymat des grandes fortunes y est préservé.

Têtes couronnées, artistes, hommes politiques et riches industriels, continuent d’être séduits par le charme si particulier de cet endroit avec une préférence pour une vue sur la mer depuis les hauteurs de la presqu’île, l’absence de vis-à-vis et une piscine.  Les biens orientés côté est en direction de Monaco sont plus prisés que ceux donnant sur Nice côté ouest. Les biens situés du côté de la plage privée Paloma ou vers la pointe Saint-Hospice sont très recherchés.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous