LIBRA : la monnaie virtuelle initiée par Facebook

Qui sont les autres membres fondateurs ?

L’Association Libra se fixe comme objectif de compter plus de 100 membres lors du lancement de la cryptomonnaie mi 2020. Les membres actuels sont des entreprises de la finance (VISA, Mastercard, Paypal…) et de la technologie (Uber, ebay, …) qui se sont toutes engagés à investir au moins 10 M$ dans l’association Libra. Trois partenaires sont des ONG (Kiva, Mercy Corps,…). partenariats-libra-coinPour faire partie du cercle des « membres fondateurs », qui opéreront un nœud de validation de la Blockchain et auront une voix au conseil d’administration, « une entité doit investir au moins 10 millions de dollars dans le réseau en achetant des Libra Investment Tokens ». Ces « jetons » numériques, vendus sous forme de placement privé (de 250 M à 1 Md€ levés selon le nombre d’investisseurs), représentent « une part des futurs intérêts accumulés par la réserve » et donneront à terme droit à dividende, « si la réserve prospère considérablement. »

Les entreprises souhaitant rejoindre l’association doivent répondre au moins à 2 critères sur 3, à savoir disposer de :

  • « une valeur de marché de plus d’un milliard de dollars américains ou soldes client supérieurs à 500 millions de dollars »,
  • une taille correspondant à « une couverture supérieure à 20 millions de personnes par an au niveau multinational » et
  • une « durabilité de la marque » évaluée par divers classements (Interbrand, Fortune 500, S&P500, etc).

Des aménagements sont prévus pour les fonds en cryptomonnaies (plus de 1Md $ d’actifs sous gestion) et les entreprises d’infrastructure blockchain (détenir ou financer plus de 100 M$ d’actifs, niveau de sécurité…). Les partenaires à impact social devront disposer d’un budget de fonctionnement de 50 M$ minimum et les institutions universitaires seront évaluées à travers différents classements de réputation. Les membres devront aussi répondre à des exigences techniques : espace serveur dédié, infrastructure sécurisée et « ingénieur de fiabilité de site à temps plein »; à moins de passer par un prestataire de cloud comme Amazon Web Services.

Son fonctionnement

La gouvernance sera « démocratique » ; Facebook « aura une voix parmi d’autres et pas plus de contrôle » que les autres membres.

« Les équipes de Facebook ont joué un rôle clé dans la création de l’Association Libra et de la Blockchain Libra, en collaboration avec les autres membres fondateurs. Bien que le pouvoir décisionnel final incombe à l’association, Facebook devrait continuer à jouer un rôle moteur en 2019 » précise Facebook.

Chaque membre fondateur opérera un nœud de validation de la Blockchain qui ne sera pas publique mais, soumise « à permission » au démarrage.

Contrairement au Bitcoin, la monnaie Libra devrait être soumise à une volatilité faible ; Facebook et ses partenaires revendiquant des moyens financiers suffisants pour garantir la valeur avec des devises telles que l’euro et le dollar.

On pourra acheter et vendre du Libra sur des plateformes d’échanges comme Coinbase ou par le biais d’un porte-monnaie numérique (comme celui lancé par Calibra début 2020 et« d’autres wallets concurrents, comme celui de PayPal). Il n’y aura pas de distributeur automatique de Libra, mais des partenaires avec des “points physiques, pour le cashin et le cashout (dépôt/retrait)”.

lib

Depuis février 2018, un test est en cours en auprès de 1M de personnes en Inde à travers la plateforme de paiement dématérialisée Unified Payment Interface.

Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous