FONDATION DES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE : sa passionnante histoire

Les protestants encouragent la scolarité et les études. Dès le XVIIè siècle, des sociétés philosophiques et des loges maçonniques se multiplient, les premières universités sont fondées (Harvard en 1636, Yale en 1716, Princeton en 1746).

Benjamin Franklin est le premier grand savant du Nouveau Monde.

Les colonies sont dotées de constitutions dirigées par un gouverneur issu des vieilles familles de la colonie qui représente la Couronne anglaise et d’une assemblée élue qui représente les colons. La répartition des pouvoirs est calquée sur la monarchie parlementaire britannique: l’assemblée vote les impôts, le gouverneur exerce le pouvoir exécutif. Ce qui fédère les colonies, c’est la lutte contre  les indiens semi-nomades qui ont besoin de grands espaces et s’opposent aux colons sédentaires au nombre croissant cherchant des terres nouvelles. Les guerres indiennes vont marquer cette période et toute l’histoire des États-Unis jusqu’à la fin du XIXè siècle. Les Français représentent l’autre ennemi. Les colons britanniques souhaitant s’étendre vers l’Ouest mais les immenses territoires allant de l’embouchure du Saint-Laurent à celle du Mississippi appartiennent aux Français, encerclant les treize colonies.

Les colons anglais représentent 1,5 M de personnes sur un territoire limité, les Français 60 000 sur un territoire immense. À l’issue de la guerre de Sept Ans, les Français vont céder une partie de leurs possessions sur le continent nord-américain.

L’élimination de la Nouvelle-France rend de plus en plus insupportable la présence des troupes anglaises pour protéger les colons anglais. Le gouvernement britannique va chercher à faire payer des taxes nouvelles aux colons jugées illégales par ces derniers, car non consultés : « Pas de taxation sans représentation ». Le 16 décembre 1773 survient la Boston Tea Party au cours de laquelle un groupe de colons déguisés en indiens jette à la mer une cargaison de thé détaxé de la Compagnie des Indes.Le gouvernement britannique ferme le port de Boston et abolit les franchises du Massachusetts entraînant l’organisation de la résistance des colons.

La bataille de Lexington (19 avril 1775) marque le début de la guerre d’indépendance américaine.

Les révoltés, ou insurgents, choisissent comme commandant George Washington, qui a combattu contre les Français lors de la guerre de sept ans. Cherchant un allié, il se tourne vers la France, désireuse de prendre sa revanche sur les Britanniques.

Le Congrès continental situé à Philadelphie composé de représentants des colonies révoltées décide de rompre définitivement avec la métropole. La déclaration d’indépendance, rédigée par Thomas Jefferson est adoptée par le Congrès le 4 juillet 1776. Elle énonce des principes issus de la philosophie des Lumières comme les droits naturels et politiques des hommes, rappelant les griefs des colons envers le Royaume-Uni. Véritable acte révolutionnaire, elle pose les principes qui guidèrent ultérieurement tous les mouvements d’émancipation.

Suite, page suivante : cliquer sur « 4 » ci-dessous