FONDATION DES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE : sa passionnante histoire

Malgré le fait que la Grande-Bretagne aligne 40 000 hommes, l’armée de Washington composée de volontaires peu disciplinés de l’ordre de 20 000 hommes (réduite à 3 000 lors des grands travaux agricoles) est enthousiaste et possède la connaissance du terrain.

La victoire de Saratoga en 1777 et la force de conviction de Benjamin Franklin, ambassadeur des insurgents à Paris, entraînent l’intervention française qui envoie une armée dirigée par Rochambeau et une flotte commandée par d’Estaing et de Grasse, qui brise le blocus britannique. La victoire de Yorktown, le 19 octobre 1781, met fin à la résistance de l’armée et de la flotte britanniques.

Le Traité de Paris (1783) met un terme à la guerre et reconnaît l’indépendance des États-Unis d’Amérique.

La Constitution de 1787 instaure un gouvernement fédéral fondé sur un partage des compétences entre État fédéral et États fédérés.

L’État fédéral est souverain pour la politique extérieure, la défense, le commerce extérieur ou entre les États. La justice, la protection des droits individuels, l’instruction sont du ressort des États fédérés. Les Américains, à la fois citoyens de leur État et de l’État fédéral, participent à la vie politique des deux instances. 
La  séparation des pouvoirs est stricte. L’exécutif est confié à un président, élu pour quatre ans, rééligible, et d’un vice-président, élu sur le même ticket. Les ministres doivent être choisis hors du législatif. Le président est à la fois chef de l’État et du gouvernement, commandant en chef de l’armée et des milices des États. Il nomme les ambassadeurs, conclut les traités et promulgue les lois. Le pouvoir législatif appartient au Congrès, composé du Sénat et de la Chambre des représentants. Le Sénat représente les États. La Chambre des représentants représente les citoyens. Le Congrès vote les impôts, établit le budget, propose les lois au président qui les signe, approuve les traités, à condition qu’une majorité des deux tiers se soit prononcée au Sénat. Le pouvoir judiciaire est confié à une Cour suprême qui garantit les droits des individus et interprète la Constitution américaine. Le pouvoir judiciaire est supérieur aux deux autres dans la mesure où les actes de l’exécutif ou du législatif peuvent lui être soumis.

En accordant aux Américains leur indépendance, les Britanniques vont leur concèder les territoires de l’Ouest, des Grands Lacs à la Floride jusqu’au Mississippi que les Etats fédérés vont abandonner à l’État fédéral.

L’ordonnance du Nord-Ouest (1787) va fixer un cadre pour l’évolution de ces terres et pour le territoire américain. Ces régions obtiennent le statut de Territoire dès qu’il s’y trouve 5 000 hommes libres et adultes. Dès qu’un quorum de 60 000 citoyens est atteint, elles acquièrent le statut d’État, avec les mêmes droits que les treize États fondateurs. Cette charte de l’Ouest produira rapidement ses premiers effets. Le Kentucky entre dans l’Union en 1792 et le Tennessee en 1796.

A la fin du XVIIIè siècle, l’organisation et la constitution des Etats-Unis est en marche.