ALLERGIES AUX POLLENS : l’impact grandissant du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique conduit à une modification des dates de floraisons et de pollinisations en particulier pour les espèces pollinisant à la fin de l’hiver et au début du printemps comme le cyprès, le frêne, le bouleau… Cette pollinisation précoce est liée à la température.

Il a aussi une influence sur la durée de la saison pollinique en l’augmentant. De plus, un déplacement vers le Nord ou en altitude de l’aire d’extension de certaines espèces est observable en lien avec le changement climatique.

Il accroît également l’agressivité des pollens. Touchés  par certains polluants, les pollens se fragmentent en d’infimes particules devenant plus dangereuses.

Le développement de la monoculture intensive a augmenté la concentration du même type de pollens en une même zone démultipliant ses effets.

De fait, la quantité de pollen concentrée dans l’atmosphère ne cesse de croître depuis 1987, et cette croissance est fortement corrélée à l’augmentation des températures moyennes.

D’après les simulations, les effets du changement climatique sur les pollens vont se poursuivre et même s’amplifier dans le futur. Ceci pourrait entraîner des coûts humains et de santé de plus en plus conséquents.