Qu’est-ce que la REFLEXOLOGIE ?

La réflexologie est une pratique thérapeutique ancestrale (Chinois et Égyptiens dans l’Antiquité recouraient déjà à une réflexologie des pieds) qui postule que :
– certaines parties du corps (pieds, mains, oreilles ou visage) seraient composées de zones réflexes correspondant à chaque organe, parties du corps ou fonctions physiologiques (le schéma du corps humain serait représenté en miniature sur chacune de ces parties) ;
– lorsqu’un organe ou une partie du corps connaitrait des troubles de fonctionnement, cela serait dû à une mauvaise circulation ou un blocage de son énergie vitale (le Qi) qui retournerait vers les pieds, les mains, les oreilles ou le visage.
Au moyen de pressions précises et rythmées des pouces et des doigts sur ces points de sensibilité réflexes, la réflexologie chercherait à libérer les énergies, relancer les fonctions métaboliques, libérer les tensions, améliorer la circulation des liquides (lymphe, sang).
Sur un plan pratique, le réflexologue, une fois le bilan de santé effectué, exerce des pressions digitales douces sur le corps de la personne qui le consulte pour la détendre, activer son système lymphatique et veineux. Il poursuit par des pressions plus fortes et rythmées sur les points de sensibilité correspondant aux zones en déséquilibre. Enfin, il effectue un massage énergétique général.
Suivant la partie du corps adressée est associée un type de réflexologie : réflexologie plantaire (pieds), palmaire (mains), faciale (visage), oculaire (yeux), crânienne (crâne), nasale (nez) ou auriculothérapie (oreilles).
Différentes hypothèses ont été avancées pour expliquer son mode d’action :
– elle permettrait la circulation harmonieuse de l’énergie vitale dans tout le corps ;
– elle favoriserait la production d’endorphines ;
– elle accroitrait la circulation de la lymphe ;
– elle stimulerait les nerfs en lien avec les organes ;
– elle dissoudrait les cristaux ou excès d’acide urique.
La réflexologie n’est pas une discipline médicale reconnue en France. Sa pratique n’est pas réglementée et souvent contestée par le milieu médical qui la considère comme une méthode de relaxation sans effet thérapeutique. Elle est indiquée dans les troubles passagers d’ordre fonctionnel (gestion du stress, maux de dos, migraines, troubles du sommeil, douleurs…) et contre-indiquée pour les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, sanguines ou de circulation et non recommandée aux femmes enceintes ou aux personnes greffées.
Ni traitement médical ni technique de massage, elle se veut une approche énergétique globale du corps apparentée au shiatsu, à l’acupuncture ou à l’ostéopathie. 

 

Aller plus loin:
Publicités