FREELANCISATION : la révolution du travail est en marche

freelance

Près d’un tiers des actifs nord-américains seraient freelance (travailleurs à leur compte) de façon permanente ou occasionnelle. La moitié d’entre eux seraient des moonlighters  forcés, des actifs cumulant différentes activités pour boucler leurs fins de mois). 

La France compterait en 2017 plus de 2,5 millions de travailleurs freelances et 4,5 millions de slashers (personnes exerçant plus de deux activités professionnelles).

À l’horizon 2030, la part des intermittents pourrait représenter plus de 30 % de la population active.

Qu’est-ce que la freelancisation ?

Il s’agit d’un phénomène de transformation de l’emploi salarié en emploi freelance (indépendant). Ce type d’emploi n’obéit pas aux mêmes contraintes financières, sociales et légales.

Dans de nombreux cas, la freelancisation est synonyme de précarisation du travail.

Les freelances sont souvent sous-rémunérés, non protégés, recrutés à la demande et évoluent en dehors de tout système de régulation.

Comment expliquer ce phénomène ?

L’avènement de la société de l’information et le rejet des modèles traditionnels de consommation s’accompagnent d’une modification des comportements d’achat.

Procurer la meilleure expérience au meilleur prix au consommateur nécessite plus de réactivité et de flexibilité.

Cela bouleverse l’organisation des entreprises, obligées d’adapter en permanence leurs ressources humaines.

Faire appel au bon talent au bon moment, à un coût parfois inférieur au salariat pour une période déterminée, est devenu possible grâce aux différentes plateformes numériques.

Cette économie à la demande ou à la tache (ou « gig economy», en référence aux musiciens sans emploi fixe qui courent après les cachets) est en train de modifier radicalement le marché de l’emploi.

freelance

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous