CHARGE MENTALE FEMININE : se charger de tout est épuisant !

Comment se délester de cette charge pouvant devenir invivable ?

Cela nécessite une prise de conscience et une modification de certaines habitudes ou comportements :

  • repenser la liste des tâches à effectuer en compilant par écrit les tâches effectuées dans la journée, en faisant le tri, en hiérarchisant les priorités et en éliminant les taches inutiles ;
  • apprendre à focaliser, à se concentrer sur une seule chose, malgré les multiples sollicitations et tâches à effectuer ;
  • changer de posture, mieux répartir la responsabilité et l’exécution des tâches avec son conjoint grâce à :
    • une meilleure communication,
    • une remise à plat de l’organisation du foyer,
    • un partage des responsabilités et une répartition des champs de supervision et d’action de chacun,
    • un abaissement du niveau d’exigence favorisant l’implication du conjoint dans le ménage.
  • changer son rapport au temps : mieux évaluer le temps nécessaire pour faire certaines taches (le temps réel, non le temps estimé rapidement) et gérer son temps ;
  • se féliciter des tâches accomplies et accepter les compliments de l’entourage (bienveillance et meilleure estime de soi) ;
  • prendre du recul, du temps pour soi, déstresser en organisant des diners entre amies ou des moments seuls avec son conjoint ;
  • déconnecter des sollicitations en maintenant débranchés 15 à 20 min par jour les nombreux téléphones et écrans numériques pour s’occuper de soi ;
  • s’accorder des pauses, des respirations quotidiennes (relaxation, activité sportive, massage) ;
  • apprendre à ne pas être parfaite.

Les pressions liées à la multiplication des microtaches au travail, à la gestion concomitante du foyer et aux contraintes urbaines pèsent de plus en plus sur le mental des femmes.

Relâcher cette charge mentale nécessite une réorganisation des taches avec son conjoint, une résistance à la pression sociale et l’instauration de temps de lâcher-prise. La société multipliant les sollicitations et les contraintes, cela devient indispensable pour améliorer le mieux-être.

Laisser un commentaire