AMOUR SUR LE NET : amour durable ?

5 % des couples français de première union se seraient formés via des sites ou applications de rencontres contre, il est vrai 30 % aux États-Unis depuis 2005. Les personnes de moins de trente-cinq ans sont surreprésentées (28 % ayant entre 18 et 25 ans et 32 % entre 26 et 35 ans). 

10 % des couples de deuxième union seraient issus de l’amour numérique. Le cercle des possibles rencontres se restreignant avec l’âge, il est plus utilisé par le plus âgé. 

Les couples formés sur internet serraient néanmoins moins durables que ceux dans la vraie vie (taux de divorce plus élevé). 

Outre l’objectif de consommation poursuivi par une majorité d’inscrits, le faible taux d’engagement est aussi imputable à l’écart entre le profil affiché et la réalité.

La plupart des postulants se présentent sous leur meilleur jour ou profil photographique, indiquent l’âge qu’ils ont dans leur tête et une situation matrimoniale rêvée. Certains sont jusqu’à s’inventer un personnage et une vie. Cela peut créer des déconvenues lors de la rencontre physique.

Le profilage, la recherche d’efficacité, l’aspect rationnel et terre à terre de l’amour numérique paraissent bien éloignés du coup de foudre, de la magie du hasard et de l’imprévu, souvent à l’origine du grand amour.

 
Suite, page suivante : cliquer sur « 3 » ci-dessous
 

Laisser un commentaire