NAPOLÉON : ses chevaux d’exception qui ont fait l’Histoire

napoléon

Depuis l’Antiquité, les chevaux sont des instruments de locomotion et de conquête pour l’homme. Tous les grands hommes de guerre tels Alexandre, Hadrien, Richard II d’Angleterre ou Napoléon ont possédé de nombreux équidés pour les longs trajets et les batailles. Certains chevaux d’exception de Napoléon 1er ont marqué l’Histoire.

Napoléon Bonaparte : un cavalier peu académique à la pratique ultra-intensive

Napoléon ne montait pas à cheval de façon académique.

Durant sa jeunesse en Corse, il pratiquait l’équitation à cru à dos de poney. N’ayant jamais eu le temps d’apprendre cet art long et exigeant, il montait avec instinct, très à fond dans sa selle, les jambes ballantes. Napoleon16Jahre.jpgNapoléon choisissait des chevaux plutôt de taille petite ou moyenne, même s’il était plus grand que les hommes de son époque (il mesurait 1 m 69 alors que la taille moyenne des hommes était de 1 m 65). Il connut de nombreuses chutes sans gravité, dont celle interprétée comme de mauvais présage, la veille de l’invasion de la Russie en 1812.

Privilégiant le galop, souvent à vive allure, les rênes posées sur l’encolure de sa monture, il laissait en arrière les officiers de son état-major épuisés ainsi que les cavaliers de son escorte aux chevaux plus chargés. 

Très endurant, hardi, méprisant le danger, il lui arrivait de fatiguer plusieurs montures dans la même journée parcourant entre 80 et 100 kilomètres, « à cheval, en voiture, de toutes les manières » disait-il.

Il fut amené à pratiquer le cheval, dans le temps et dans l’espace, infiniment plus qu’aucun sportif de notre temps ne le fera jamais.

En vingt ans, il parcourut l’Europe en tous sens en berline de voyage et plus souvent à cheval pour arriver plus vite à destination.

Suite, page suivante : cliquer sur »2″ ci-dessous