ET SI ON SE LANÇAIT DANS LES JEUX DE MOTS ? Les principales catégories (1/2)

Un jeu de mots est un jeu de manipulation des mots ou des sonorités des mots.

S’il résulte du hasard, on parle de kakemphaton. S’il est la conséquence d’une construction maladroite et équivoque d’une phrase, on parle de janotisme.

Les jeux de mots peuvent avoir des règles de construction différentes et des buts distincts (humour, esprit, grivoiserie).

Nous en décrivons ci-dessous les principales catégories (1/2) :

  • Un acronyme récursif ou autonymie est un acronyme qui fait appel à l’auto-référence.

Exemple:jeu de mots

  • Un acrostiche est un poème dans lequel les lettres ou les mots initiaux de chaque vers composent un mot.

Exemple :

jeu de motsforme le mot latin « RICERCAR » (forme archaïque de la fugue).

Il existe des variantes d’acrostiche dans lesquelles les lettres ou mots sont extraits à d’autres emplacements de chaque vers:

  • le mésostiche est un acrostiche  qui s’articule autour d’un nom central, rencontrant les lignes en leur milieu.

Exemple :jeu de mots

  • Un téléstiche  est acrostiche dont les dernières lettres lues verticalement forment un mot, un alphabet, un nom…

Exemple :jeu de mots

  • l’acroteleuton est l’assemblage d’un mésostiche et d’un télestiche.

Exemple :

jeu de mots

  • Un allographe est une suite de lettres qui n’a de sens que si elles sont prononcées l’une après l’autre.

Exemple:jeu de mots

  • Un ambigramme est un mot qui, par un jeu de symétrie (centrale, horizontale ou verticale), se transforme en un autre mot ou en garde l’apparence.

Exemple : NON retourné à 180° se lit toujours NON, tout comme ÉCHEC dans un miroir.

  • Un anacyclique est un mot ayant aussi un sens lorsque il est lu de droite à gauche.

Exemple : NOEL – LEON , TRACE-ECART, NOM-MON…

  • KAYAK et RADAR sont des palindromes, des cas particuliers d’anacyclique où le mot s’auto-génère.
  • Une anagramme est un nouveau mot issu de la permutation des lettres d’un mot.

Exemple :  BISON RAVI est l’anagramme de BORIS VIAN

  • Une antonomase est un nom propre utilisé comme nom commun.

Exemples : WATT, DON JUAN, VANDALE,…

  • Une auto-traduction est un nom qui, décomposé en deux termes, donne la traduction du premier dans une autre langue ;

Exemples : AUBERGINE (Fr) = AUBERGE (Fr) + INN (Eng) , WATERLOO (Eng)= WATER(Eng) +EAU(Fr) , MERCI(Fr) = MER(Fr) + SEA(Eng)

  • Un bigramme est une construction de deux mots à partir des lettres d’un seul, en n’utilisant qu’une seule fois chaque lettre mais en les utilisant toutes.

Exemple : ARRIMEUR permet de créer ERRA (errer, passé simple) et MURI (murir, participe passé)

  • Une boutade est un mot d’esprit, une plaisanterie originale ou qui joue sur le paradoxe.

Exemple : MON DIEU, MON DIEU, DELIVREZ-NOUS DE TOUTES LES RELIGIONS

  • Une cacographie est une orthographe fautive ou un mauvais style. Elles sont courantes dans les toponymes dont on a oublié l’étymologie.

Exemple : CHÂLONS / CHALON

  • Un cadavre exquis est un jeu visant à ajouter des mots au fur à mesure, sans voir ceux déjà écrits, jusqu’à former une phrase surréaliste.

Ce jeu littéraire a été inventé par les surréalistes Marcel Duhamel, Jacques Prévert et Yves Tanguy.

  • Un calembour est un jeu de mots basé sur l’homophonie (mots qui se prononcent de la même façon) ou la polysémie (mot ayant plusieurs sens).

Exemple : À Monaco, le paiement des impôts est en principe ôté

  • Une charade  est une décomposition phonétique d’une expression à deviner en plusieurs mots, définis l’un après l’autre.

Exemple :

Mon premier ouvre les portes,

Mon second se boit,

Mon troisième garde les moutons,

Jules César aime bien mon tout.

Solution : clé – eau – pâtreCléopâtre.

  • Un cratylisme est une croyance dans laquelle il est envisagé que tous les noms ont un lien direct avec leur signification, comme c’est le cas pour les onomatopées, qui miment les sons produits par tel ou tel être, animal ou objet.
  • Une contrepèterie est une phrase changeant de sens, après permutation de lettres ou groupes de lettres ou phonèmes. Le résultat a en général une connotation grivoise ou scatologique; parfois ce n’est pas une lettre mais des mots entiers qui sont intervertis pour changer leur sens par homophonie.

Exemple :  la fête des mères / L’amère défaite

A vous de jouer à présent !

Aller plus loin:

ET SI ON SE FAISAIT PLUS DE JEUX DE MOTS ? Les principales catégories (2/2)