ET SI ON SE LANÇAIT DANS LES JEUX DE MOTS ? Les principales catégories (1/2)

Un jeu de mots est un jeu de manipulation des mots ou des sonorités des mots.

S’il résulte du hasard, on parle de kakemphaton. S’il est la conséquence d’une construction maladroite et équivoque d’une phrase, on parle de janotisme.

Les jeux de mots peuvent avoir des règles de construction différentes et des buts distincts (humour, esprit, grivoiserie).

Nous en décrivons ci-dessous les principales catégories (1/2) :

  • Un acronyme récursif ou autonymie est un acronyme qui fait appel à l’auto-référence.

Exemple:jeu de mots

  • Un acrostiche est un poème dans lequel les lettres ou les mots initiaux de chaque vers composent un mot.

Exemple :

jeu de motsforme le mot latin « RICERCAR » (forme archaïque de la fugue).

Il existe des variantes d’acrostiche dans lesquelles les lettres ou mots sont extraits à d’autres emplacements de chaque vers:

  • le mésostiche est un acrostiche  qui s’articule autour d’un nom central, rencontrant les lignes en leur milieu.

Exemple :jeu de mots

  • Un téléstiche  est acrostiche dont les dernières lettres lues verticalement forment un mot, un alphabet, un nom…

Exemple :jeu de mots

  • l’acroteleuton est l’assemblage d’un mésostiche et d’un télestiche.

Exemple :

jeu de mots

  • Un allographe est une suite de lettres qui n’a de sens que si elles sont prononcées l’une après l’autre.

Exemple:jeu de mots

  • Un ambigramme est un mot qui, par un jeu de symétrie (centrale, horizontale ou verticale), se transforme en un autre mot ou en garde l’apparence.

Exemple : NON retourné à 180° se lit toujours NON, tout comme ÉCHEC dans un miroir.

  • Un anacyclique est un mot ayant aussi un sens lorsque il est lu de droite à gauche.

Exemple : NOEL – LEON , TRACE-ECART, NOM-MON…

  • KAYAK et RADAR sont des palindromes, des cas particuliers d’anacyclique où le mot s’auto-génère.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous