POISSON D'AVRIL (1er AVRIL) : origines et signification

25-03-2019

Le 1er avril, il est de coutume de faire des canulars à ses connaissances, ses amis ou sa famille. Les enfants accrochent un poisson en papier dans le dos de leurs « victimes » et, une fois la plaisanterie découverte, ils prononcent la formule « Poisson d’avril ».

Sa signification

Le « poisson d’avril » est une attrape, un piège innocent tendu à une personne amie, parente ou familière, le premier jour du mois d’avril.

« Donner ou faire un poisson d’avril à quelqu’un », c’est lui annoncer une nouvelle inventée, lui faire faire une démarche inutile, l’envoyer au-devant de quelqu’un qui ne vient pas. C’est se divertir à ses dépens, éprouver sa patience en lui faisant croire l’impensable.

Ses premières mentions dans les textes

Dès le XVe siècle, il est fait mention du terme « poisson d’avril » qui désigne un « entremetteur, intermédiaire, jeune garçon chargé de porter les lettres d’amour de son maître ». L’acception de « tromperie, mystification traditionnelle du 1er avril » est attestée dans le Dictionnaire de l’Académie française de 1718, la locution « donner un poisson d’avril » signifiant « obliger quelqu’un à faire quelque démarche inutile pour avoir lieu de se moquer de lui ».

Les différentes origines invoquées

Au fil des siècles, différentes explications ont été avancées :

  • Au début du christianisme, le clergé recourait à des représentations scéniques pour illustrer les mystères de la religion catholique. À l’occasion des grandes fêtes de l’année, le peuple venait écouter ces saynètes religieuses qui commentaient l’évangile du jour. Dans les premiers jours d’avril, la représentation de la Passion montrait le Christ raillé et renvoyé d’autorité en autorité, « de Caïphe à Pilate et de Pilate à Caïphe ». La figure de Jésus était remplacée par celle du poisson pour ne pas l’offenser, le poisson étant un symbole utilisé par les premiers chrétiens. Le mot « poisson serait une déformation du terme « passion ».
Article suivant