BUCAREST : une capitale chargée d’histoire, éclectique et dynamique

Surnommée le « petit Paris des Balkans », Bucarest, une fois les préjugés mis de côté, surprend. Sa population chaleureuse et accueillante, son patrimoine historique, son architecture surprenante et variée, ses parcs, ses galeries, ses concept stores, ses cafés branchés, en font une des capitales européennes les plus foisonnantes, atypiques, créatives et dynamiques. En train de dépasser son passé communiste, elle suit la voie tracée par Prague ou Berlin, tout en demeurant une des cités les plus abordables d’Europe.

Un patrimoine architectural hors norme et une offre culturelle éclectique

De par sa position centrale, sa taille et son parti pris, l’immense palais du Parlement voulu par Nicolae Ceausescu a suscité de nombreuses controverses depuis sa construction. Nécessitant la démolition d’un des plus beaux quartiers de la ville, et plus de 40 % du PIB roumain, le palais déploie des hectares de carrelage en marbre et comporte d’immenses chandeliers (le plus gros pesant 3 t avec ses 7000 ampoules).

Deuxième plus grand bâtiment administratif au monde après le Pentagone avec ses 5  000 pièces et ses 85 m de haut, son style néo-classique très ostentatoire, son histoire et la magnifique vue sur la ville depuis la terrasse en imposent. L’imposant bâtiment fait face au Bulevardul Uniri, L’entrée se fait depuis le Bulevardul Naţiunile Unite sur le côté nord du palais.

En déambulant le long de la Calea Victoriei, artère historique et à la mode de Bucarest, on peut observer la Piața Revoluției. Cette grande place abrite de nombreux bâtiments chargés d’histoire dont le « mémorial de la renaissance », un édifice à la forme de sabre transperçant une pomme de terre noire qui symbolise la fin d’une des périodes les plus noires du pays.p5032591

Le Musée national d’art de Roumanie est le plus important musée d’art de Roumanie.  Ouvert en 1950 sur la place de la Révolution à l’intérieur du palais royal de Bucarest, il fut construit au XIXe siècle par l’architecte français Paul Gottereau. bucarestIl possède trois collections, une du souverain Carol Ier (Greco, Rembrandt, Pieter Brueghel l’Ancien, Rubens, Domenico Veneziano), une sur l’art roumain antique et médiéval, et une sur les peintures roumaines modernes. L’œuvre du peintre Roumain Corneliu Baba célèbre pour avoir peint des « rois fous » et des arlequins est saisissante. Bucuresti,_Romania,_Palatul_Regal_(Muzeul_National_de_Arta_al_Romaniei_-_Pavilionul_Sala_Tronului_-_Sala_Tronului_interior_1_)-_B-II-m-A-19856La Galerie d’Art Européen est riche d’une collection de 12 000 œuvres aménagée par nationalité. Le Palais Royal lui-même, ancienne résidence royale officielle en 1834 sous le règne du prince Alexandru Ghica, vaut le détour.

Le palais du Cercle militaire national, institution culturelle de l’armée roumaine, est un bâtiment néoclassique inauguré en 1923. Il dispose d’un impressionnant escalier de marbre en double pente qui conduit aux salles de réception. Palacio_del_Círculo_Nacional_Militar,_Bucarest,_Rumanía,_2016-05-29,_DD_67La salle de marbre est l’une des plus grandes réussites de l’architecture roumaine avec ses arches latérales et ses colonnes. Épées, couteaux, boucliers, lances, casques, divinités ailées y sont représentés. Dans le prolongement de la salle de marbre, la salle Maura est revêtue de boiseries et d’un plafond avec des fleurs stylisées et des feuilles d’or. Une salle byzantine, une salle gothique et une salle norvégienne avec des lustres en forme de drakkars, des images d’animaux fantastiques inspirés par la mythologie nordique, sont à visiter.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous