JOHN FITZGERALD KENNEDY : les citations d’anthologie

Ne négocions jamais avec nos peurs. Mais n’ayons jamais peur de négocier.
Ne nous reposons pas sur nos acquis, mais efforçons-nous de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le cœur et dans l’esprit de chacun.
Ne sacrifiez jamais vos convictions politiques pour être dans l’air du temps.
Nos problèmes ont été créés par l’homme et nous pouvons donc les résoudre. Nos possibilités ne connaissent pas de limites. Aucun problème humain ne va au delà nos capacités.
Nos progrès en tant que nation dépendront de nos progrès en matière d’éducation. L’esprit humain est notre ressource fondamentale.
Nous avons besoin d’hommes qui sachent rêver à des choses inédites.
Nous devons penser l’éducation comme un moyen de développer nos plus grandes capacités.
Nous devons utiliser le temps comme outil et non comme repose-pied.
Nous ne pourrons pas tout faire dans les cent premiers jours. Ni dans les mille premiers jours, ni pendant toute la durée de notre mandat, ni même peut-être pendant toute notre vie sur cette planète. Mais commençons !
On connait une nation aux hommes qu’elle produit, mais aussi à ceux dont elle se souvient et qu’elle honore.
Quand il est dur d’avancer, ce sont les durs qui avancent.
Quand le pouvoir pousse l’homme à l’arrogance, la poésie lui rappelle la richesse de l’existence. Quand le pouvoir corrompt, la poésie purifie.
Si la société libre ne parvient pas à améliorer le sort de la majorité des pauvres, elle ne pourra pas sauver la minorité des riches.
Si les découvertes scientifiques ont à la fois donné à l’humanité le pouvoir de créer et le pouvoir de détruire, alors elles sont en même temps un énorme défi et une grande épreuve.
Trop souvent nous nous contentons du confort de l’opinion sans faire l’effort de penser.
Un homme fait ce qu’il a à faire malgré les conséquences sur sa vie, les obstacles, les dangers et la pression ; c’est la base de toute morale humaine.

Sélection d’ouvrages :