TERRES AGRICOLES FRANCAISES : nouvel eldorado ?

terres agricoles

L’explosion démographique à l’échelle mondiale entraîne une forte augmentation des besoins alimentaires. Les terres agricoles deviennent une richesse de plus en plus convoitée. La France n’échappe pas à ce mouvement de revalorisation. Le prix des terres agricoles a augmenté de 60 % en dix ans pour un rendement annuel de l’ordre de 2,5 % à 5 %.

À la fois valeurs refuge, de rendement, spéculatives et d’avenir, les terres agricoles constituent un des actifs tangibles préférés des investisseurs.

Qu’entend-on par terres agricoles ?

Elles se décomposent :

  • en terres arables (ou cultivables) représentant 33,5 % de la surface totale française : 51 % étant dédiés à la culture des céréales, 25 % aux cultures fourragères, 14 % aux oléagineux, 2 % aux légumes, le restant étant en jachère.
  • et en cultures permanentes : 20 % de la surface française, dont 90 % de sols toujours en herbe et 10 % de vignes et de vergers.

Outre les terres agricoles, les autres surfaces de l’espace national français sont les bois et forêts (28,5 %), les sols artificiels liés à l’urbanisation aux infrastructures (13 %) et les autres territoires ruraux (5 %).

foretsQue valent les terres agricoles françaises ?

Un hectare de foncier agricole français cotait en moyenne 6 090 € en 2017, avec des disparités selon :

  •  les régions (les grandes régions céréalières comme le Nord Pas de Calais, la Champagne crayeuse, le Santerre ou la vallée de la Durance étant proche de 20 000 € l’hectare)
  • la destination des terres (7 350 € l’hectare en moyenne pour une terre céréalière et 4 830 € pour un hectare de pré).

Bien qu’estimées d’excellente qualité par les experts, le prix des terres agricoles françaises reste inférieur à ceux constatés en Europe (10 000 € en Espagne, 35 000 € aux Pays-Bas, 18 000 € en Italie ou en Angleteterre).

prixfoncierprix

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous