FESTIVAL DE CANNES : son histoire, son influence culturelle et économique

Créé en 1946, le festival de cinéma international de Cannes est devenu en soixante dix ans le festival de cinéma le plus médiatisé au monde. Parallèlement à la sélection officielle qui récompense le cinéma d’auteur, d’autres sections reflètent la diversité du cinéma mondial, telles la « Quinzaine des réalisateurs », » la « Cinéfondation », la « Semaine internationale de la critique » ou « Un certain regard ». Quant au marché du film de Cannes, il est le premier au monde avec plus de 11 000 participants.

Son histoire

À la fin des années 1930, trois membres français (Philippe Erlanger, Émile Vuillermoz et René Jeanne) du jury international de la Mostra de Venise, choqués par l’intervention des gouvernements fasciste italien et national-socialiste allemand dans la sélection des films soumettent au ministre de l’Instruction publique de l’époque (Jean Zay) l’idée d’un festival international de cinéma politiquement indépendant. Recevant un avis favorable fin 1938, encouragés par le représentant du cinéma américain en France, ce « festival du monde libre », partenariat franco-américain, envisage alors de créer le plus grand marché du film mondial. Promettant de construire un palais dédié au festival et disposant d’autres atouts (station balnéaire,…), la ville de Cannes est retenue.

En juin 1939, Louis Lumière accepte d’être le président de la première édition prévue du 1er au 20 septembre. Dès le mois d’août, la Metro-Goldwyn-Mayer affrète un paquebot transatlantique pour amener les stars d’Hollywood. Inspirés par le film Quasimodo, les Américains envisagent de réaliser une réplique de Notre-Dame de Paris sur la plage de Cannes. Le 1er septembre, jour de l’ouverture, les troupes allemandes pénètrent en Pologne et le Festival est annulé.

La première édition va se dérouler avec succès du 20 septembre au 5 octobre 1946 dans l’ancien casino de Cannes. Le gouvernement refusant de financer un festival annuel, le Palais des Festivals, appelé Palais Croisette, est construit dans la précipitation. La toiture inachevée s’envolant lors d’un orage à la fin du Festival, le bal de clôture et la remise des prix ont lieu au Casino municipal.

En 1947, Robert Favre Le Bret devient directeur du Festival et institue le principe de la Commission de sélection : le Centre national de la cinématographie précise aux producteurs les délais d’envoi, les critères et les règles de censure en vigueur. Après réception des films, la Commission établit la sélection. Organisé une fois tous les deux ans de 1947 à 1950 , car en concurrence directe avec la Mostra de Venise, le Festival se met en place peu à peu.

À partir de 1951, la quinzaine du  Festival est déplacée au printemps. La Palme d’or est créée en 1955. Elle est décernée au réalisateur du meilleur film de la compétition.

Durant les années 1950, Cannes devient l’événement le plus important du cinéma mondial, supplantant la Mostra de Venise. Il lancera à la fin des années 1950 la nouvelle vague : le prix de la mise en scène étant attribué en 1959 à François Truffaut pour Les Quatre Cents Coups, Alain Resnais y présentant Hiroshima mon amour. Cette même année 1959 se tient le premier marché du film entre vendeurs et acheteurs de l’industrie du cinéma.

Dans les années 1960, de talentueux réalisateurs sont révélés : Andreï Tarkovski, Miklós Jancsó, István Szabó ou Glauber Rocha.

En 1962, la première Semaine internationale de la critique est créée pour « mettre à l’honneur les premières et deuxièmes œuvres des cinéastes du monde entier ». François Ozon, Alejandro González Iñárritu y sont découverts. En 1965,  Jean Cocteau est nommé président d’honneur du Festival à vie. En 1966, Olivia de Havilland est la première femme à présider le jury.

Le 18 mai 1968, François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Lelouch, Claude Berri, Roman Polanski, Louis Malle et Jean-Pierre Léaud se mêlent au mouvement étudiant et se révoltent contre le ministre de la Culture André Malraux qui a démis Henri Langlois de son poste de directeur de la Cinémathèque française. Le 19 mai, les organisateurs annulent le Festival.

En 1969, la Quinzaine des réalisateurs est lancée pour présenter des films étrangers réalisés par des cinéastes méconnus qui ne font pas partie de la sélection.

En 1978, Gilles Jacob devient délégué général du Festival et crée la Caméra d’or qui récompense le meilleur premier film de toutes les sections.

Il met sur pied le Certain regard qui aide les films en marge de la distribution. Sous son impulsion, le festival défend la liberté d’expression et de création prenant parti contre la censure et les pressions (Carlos Saura, Luis García Berlanga, Juan Antonio Bardem, Otar Iosseliani). Des cinéastes venant de pays en voie de développement trouvent une audience internationale, des financements et des possibilités de diffusion.

Devenu autonome, le festival composé auparavant de membres de l’Académie française est constitué de célébrités de l’industrie du cinéma. Le Palais des Festivals et des Congrès est agrandi en 1983. Le « Bunker »  de 10 000 m2 plus confortable et spacieux est largement critiqué.

Depuis 1998, lors de Cinéfondation, les films de moins d’une heure de différentes écoles de cinéma y sont montrés et bénéficient d’aides à la production. En 2001, Thierry Frémaux devient délégué général et Gilles Jacob président.En 2002, le Festival international du film prend officiellement le nom de Festival de Cannes. Depuis 2004, les films anciens, voire classiques, de cinéastes cultes y sont projetés (Cannes classics).

En 2015, Pierre Lescure succède à Gille Jacob.

En 70 ans, le Festival de Cannes a mis en avant de nouveaux réalisateurs et cinématographies. De plus grande influence que ceux de Venise et de Berlin, il est concurrencé par le Festival de Toronto plus commercial et moins culturel que Cannes qui se déroule en septembre.

Les prix officiels

Ils sont remis durant la cérémonie de clôture :

  • La Palme d’or est décernée depuis 1955 au meilleur film,
  • Le grand prix revient au second meilleur film,
  • Le prix d’interprétation féminine est remis à la meilleure actrice,
  • Le prix d’interprétation masculine est remis au meilleur acteur,
  • Le prix de la mise en scène est remis au meilleur réalisateur,
  • Le prix du scénario est remis au meilleur scénariste,
  • Le prix du jury récompense un film apprécié du jury, faisant preuve d’originalité ou de nouveauté,
  • La Palme d’or du court métrage est décernée au meilleur court métrage,
  • La Caméra d’or récompense le meilleur premier film parmi ceux de la sélection officielle, de la Quinzaine des réalisateurs et de la Semaine de la critique.

Certains pris sont remis à part :

  • Les prix de la Cinéfondation qui récompensent les meilleurs courts-métrages des étudiants d’école de cinéma,
  • Le prix Un Certain Regard qui récompense le meilleur film de la sélection parallèle.

Hors les prix de la semaine de la critique, les autres prix sont remis par des organismes extérieurs au festival et aux sections parallèles (prix FIPRESCI, prix de la jeunesse, Palme Dog,  prix Orange,  Soleil d’or…)

Les lauréats

Depuis 1946, les lauréats français du grand prix ou de la Palme d’or sont au nombre de dix : Jean Delannoy avec La symphonie pastorale en 1946, Henri-Georges Clouzot avec Le Salaire de la peur en 1953, Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle avec Le Monde du silence en 1956, Henri Colpi avec Une aussi longue absence en 1961, Jacques Demy avec Les Parapluies de Cherbourg en 1964, Claude Lelouch avec Un homme et une femme en 1966, Maurice Pialat avec Sous le soleil de Satan en 1987, Laurent Cantet avec Entre les murs en 2008, Abdellatif Kechiche, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos avec La Vie d’Adèle en 2013 et Jacques Audiard avec Dheepan.

8 réalisateurs ont obtenu deux fois la Palme d’or : Francis Ford Coppola, Bille August Shōhei Imamura, Emir Kusturica, Luc et Jean-Pierre Dardenne, Michael Haneke et Ken Loach.

3 acteurs ont obtenu deux prix d’interprétation masculine : Marcello Mastroianni, Dean Stockwell, Jack Lemmon.

4 actrices ont obtenu deux prix d’interprétation féminine : Isabelle Huppert, Helen Mirren, Barbara Hershey, Vanessa Redgrave. En 1981, Isabelle Adjani reçoit un double prix d’interprétation pour deux films présentés en compétition, un cas sans précédent.

Isabelle Huppert détient le record absolu de films en sélection officielle pour un acteur, hommes et femmes réunis (20 au total). Certains cinéastes ont souvent vu leurs films sélectionnés par le Festival de Cannes : Ken Loach (17 films), Federico Fellini et Carlos Saura (11), Ingmar Bergman et André Téchiné (10), Wim Wenders, Luis Buñuel, Michael Cacoyannis, Ettore Scola et Andrzej Wajda (9), Claude Lelouch (7).

Les controverses et les beaux moments

Le Festival de Cannes a souvent été animé par des controverses portant sur les décisions du jury en particulier celles des présidents du jury.  En 2009, Gilles Jacob a révélé l’autoritarisme exercé par certains (Kirk Douglas, Wim Wenders, Roman Polanski, Quentin Tarantino…).

En 1955, le Prince Rainier de Monaco a rencontré Grace Kelly alors qu’il venait voir La Main au collet d’Alfred Hitchcock en projection officielle.En 1989, les enfants et petits enfants de Charlie Chaplin sont montés sur scène pour le centenaire de sa naissance. En l’honneur de Jeanne Moreau, présidente du jury en 1995, la chanteuse et actrice Vanessa Paradis a interprété Le Tourbillon de la vie, chanson du film Jules et Jim.

Événement majeur culturel suivi par 5000 journalistes du monde entier et commercial (11 000 professionnels du cinéma), le Festival de Cannes est devenue en 70 ans la plateforme de promotion du cinéma mondial.

Laisser un commentaire