ABEILLES : une intelligence collective remarquable

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la reine des abeilles était considérée à tort comme un « monarque » tout-puissant régissant la destinée de sa ruche. Les recherches menées depuis les années 1950 ont montré que les abeilles suivent, notamment lors de l’essaimage (la reine et une partie des abeilles, l’essaim, quittant la ruche pour former une nouvelle colonie) un processus démocratique et d’intelligence collective tout à fait remarquable.

Qu’est-ce que l’essaimage ?

Depuis des millions d’années, les abeilles assurent la pérennité de l’espèce par l’essaimage, processus de division d’une colonie en deux populations.

Il se produit généralement au milieu du printemps juste avant la miellée (pic d’activité au cours duquel la production de miel est la plus intense), alors que l’élevage de couvain (ensemble des œufs, larves et nymphes situés au centre de la ruche) est à son apogée et que la chambre à couvain présente une congestion forte, la population se sentant à l’étroit dans la ruche. À cette époque, le climat est généralement favorable et les ressources à disposition suffisantes.

L’essaimage se prépare 7 à 12 jours avant le départ. Les abeilles construisent jusqu’à vingt cellules royales. Honey_bee_queen_cell_built_off_the_bottom_of_a_langstroth_frame.jpgLa reine y pond des œufs et les abeilles ouvrières produisent une grande quantité de gelée royale. Ensuite, la reine voit son régime alimentaire réduit de façon à diminuer la ponte et induire une réduction du volume de ses ovaires la rendant apte à voler de nouveau. De nombreuses butineuses cessent leurs activités pour devenir des éclaireuses. Les glandes à cire des ouvrières se développent en prévision de la sortie et de la construction des rayons de la nouvelle ruche.

Il faut préciser qu’une reine âgée de plus d’un an produit de moins en moins de phéromones. En temps habituel, celles-ci empêchent les ouvrières d’élever une autre reine, freinant le développement des ovaires des ouvrières et faisant “sentir sa présence” partout dans la colonie. Moins la reine en produit, plus les abeilles vont se sentir orphelines et “vouloir” une nouvelle reine.nature-4117738_960_720.jpg

Avant le départ, les abeilles de l’essaim se gavent de miel pour survivre sans manger jusqu’à 3 jours. Le départ se fait généralement en début d’après-midi ensoleillée, l’essaim étant constitué de la « vieille » reine et de la moitié de l’effectif de la colonie. Il arrive qu’une semaine plus tard, un deuxième essaimage se produise avec un quart de l’effectif; voire un troisième avec un  huitième de l’effectif, trois ou quatre jours plus tard. À chaque fois, une ou deux reines vierges accompagnent l’essaim, le combat à mort ayant lieu dans la nouvelle ruche.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous