VERS DE TERRE : les « meilleurs amis » de l’homme en danger

« La disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces », affirmait récemment Hubert Reeves. Directement touchés par l’épandage de pesticides, l’agriculture intensive et l’introduction d’espèces invasives, les vers de terre ou lombrics sont en fort déclin dans les zones tempérées ou tropicales à forte activité humaine. Leur rôle est pourtant vital pour aérer, entretenir et nourrir les sols. En revanche, dans les zones boisées boréales où l’homme est absent, leur introduction par les colons au XVIIe siècle et le réchauffement climatique font courir un risque de renforcement de l’effet de serre…

Un rôle majeur dans la fertilité des sols

« Premiers laboureurs du sol » selon Darwin, « intestins de la terre » selon Aristote, ces ingénieurs des sols jouent un rôle fondamental dans la production, la structuration, l’entretien et la productivité des sols, qu’ils soient forestiers, prairiaux ou agricoles.

En effet, les lombrics fertilisent, rajeunissent et oxygènent les sols. En triturant les débris animaux et surtout végétaux, ils facilitent l’attaque de la matière organique par la communauté de champignons et bactéries, minéralisent et humidifient les sols.

Ils sont sans conteste une espèce-clé largement mésestimée, voire déconsidérée. Il ne sont d’ailleurs pas reconnus par la loi comme des animaux, alors qu’ils constituent jusqu’au deux tiers de la biomasse animale des sols !

Charles Darwin a été l’un des premiers à les réhabiliter, insistant notamment sur l’importance de leur travail de bioturbation (mélange actif des couches de sol ou d’eau) sur la genèse, l’érosion et la fertilité du sol.

« Au regard de la plupart des gens… le ver de terre est un annélide aveugle, sourd, dépourvu de sensations, désagréablement gluant. M. Darwin entreprend de réhabiliter son caractère, et le ver s’avance tout à coup comme un personnage intelligent et bienfaisant, qui opère de vastes changements géologiques, un niveleur de montagnes… un ami de l’homme… et un allié de la Société pour la conservation des monuments anciens », selon un de ses commentateurs.

Malgré l’importance patente de l’activité des vers de terre sur la fertilité des sols, leur rôle est négligé tout comme leur préservation.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous