PAPILLONS : la fin des couleurs ?

Les papillons comptent parmi les organismes les plus colorés du monde vivant. Leurs couleurs, loin d’être simplement décoratives, résultent d’un long processus d’évolution assurant leur survie. Or, le réchauffement climatique fait peser un risque important de disparition progressive des espèces de papillons de jour les plus colorées.

L’origine des couleurs 

Alors que les papillons de nuit sont de couleur terne (gris, blanc ou marron, avec parfois du rouge), les papillons de jour présentent une multitude de couleurs. Chaque espèce de papillon possède une couleur dominante (jaune, orange,  bleu, blanc,  brun, gris, noir) qui permet de les distinguer et de les identifier.

Une aile de papillon est formée de deux membranes qui se développent de façon indépendante avant de s’accoler: l’une constitue la face ventrale de l’aile et l’autre la face dorsale. Sur chaque partie (ventrale et dorsale), deux couches d’écailles sont superposées.

La couleur des ailes des papillons vient de ces minuscules écailles. Le nom scientifique des papillons « lépidoptères » signifie d’ailleurs, « ailes à écailles ». Lorsque l’on touche les ailes d’un papillon, les écailles se détachent et sont si fines qu’elles ressemblent à de la poudre. Le fait de toucher les ailes des papillons et de leur faire perdre leurs écailles ne les tue pas ou ne les empêche pas de voler, les écailles étant posées sur une fine membrane autorisant le vol. En revanche, cela les rend plus vulnérables.

La couleur des ailes de papillon s’explique par :

  • l’existence d’un ou plusieurs pigments dans les écailles (mélanines à la base des couleurs noires, grises, beiges, brunes et rousses et les ptérines à la base des rouges, oranges, jaunes, et des couleurs fluorescentes bleues, jaune vert, violets ou orangées) :
  • un phénomène lumineux d’iridescence sur les écailles (la couleur variant selon l’angle d’observation, les interférences lumineuses ou la diffraction).
  • la combinaison des deux : pigments et  phénomène lumineux.

Généralement, la couleur de la face ventrale est due aux pigments et celle de la face dorsale aux pigments ou à un phénomène lumineux et parfois aux deux.

À quoi servent les couleurs ?

La coloration a de multiples fonctions :

  • le camouflage :  elle permet de se fondre dans l’environnement et de ne pas attirer l’attention des prédateurs ; c’est le cas de Calledapteryx dryopterata que l’on distingue difficilement d’une feuille sèche (on dit qu’il est cryptique) ou du papillon polygone qui est un expert du camouflage. Lorsqu’il se tient immobile sur la litière, les ailes relevées, il se confond avec les feuilles, les ombres et les ramilles le rendant pratiquement invisible.
  • l’effet de surprise : certains papillons aux couleurs ternes de camouflage au repos ont des ailes très colorées sur la face extérieure qui, une fois déployées, surprennent les prédateurs et donnent le temps au papillon de s’enfuir (la likenée);  d’autres ont des ocelles, des taches arrondies sur les ailes qui ressemblent à des yeux de mammifères et surprennent les prédateurs (Aglais io, le paon-du-jour ou les papillons hiboux).

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous