BASSIN D’ARCACHON : la « petite mer » sous pression démographique et climatique

Situé au nord de la Côte d’Argent, le bassin d’Arcachon, avec à proximité la dune du Pilat, est un des hauts lieux du littoral touristique français et de la production ostréicole nationale. Largement ouverte sur l’océan Atlantique par l’intermédiaire de ses différentes passes, cette « petite mer intérieure » doit faire face à une forte érosion naturelle amplifiée par le réchauffement climatique et une pression démographique importante.

Une formation relativement récente

Au néolithique, le fleuve de l’Eyre ou la Leyre se jetait directement dans la mer par un estuaire. Le niveau de l’eau était trop bas pour permettre la formation d’une lagune qui ne s’est développée qu’à l’époque gallo-romaine à partir de 400 av J.-C. L’apport de sédiments ralentît alors le débit de la Leyre, permettant la formation d’un vaste delta composé d’îles et de chenaux. FormationBassinArcachonC’est au Moyen-Âge que, sous la pression de l’eau et des vents, les sables s’agrégèrent et se déplacèrent vers le sud, formant ce qu’on appellera plus tard la presqu’île du Cap-Ferret.

De forme triangulaire, délimité par plus de 80 km de côtes plates ou dunaires boisées, le bassin reçoit de l’eau des lacs de Cazaux et de Lacanau, ainsi que des eaux de ruissellement. Il est alimenté en eau douce par la Leyre qui empêche l’obstruction par les sables venus de l’océan, arrivant par les « passes », un ensemble de chenaux de trois kilomètres de large permettant la circulation de l’eau entre le bassin et l’océan.CarteBassinArcachonarc

La force des courants de flux et de reflux rendent délicats les franchissements de ces passes, surtout aux marées de grands coefficients. Les passes suivent une évolution cyclique d’environ 80 ans : la Passe sud et la Passe nord se déplacent du Cap-Ferret vers la dune du Pilat. Quand la passe la plus au sud atteint la plage au pied de la dune, elle se rétrécit puis « disparait ». Une nouvelle passe se forme vers le nord, du côté du Cap Ferret, transformant l’ancienne « Passe nord » en une nouvelle « Passe sud ».PassesBassin

La marée fait pénétrer et sortir deux fois par jour des masses d’eau considérables. Des bancs de sable mobiles charriés par les courants marins en modifient sans cesse le tracé.

Suite, page suivante : cliquer sur « 2 » ci-dessous