CANICULE : l’essentiel

Du fait du réchauffement climatique, outre la montée générale des températures, les évènements caniculaires ont tendance à se multiplier avec des conséquences de plus en plus graves sur la santé des personnes les plus fragiles et l’activité en général. L’épisode de la semaine du 24 Juin 2019 est sans précédent par son intensité et sa précocité depuis 1947 et l’établissement de relevés détaillés. Des records devraient être établis pour un mois de juin, voire « localement tous mois confondus ».

A l’origine

ll y a trois millénaires, Sirius, appelée alors Canicula (« petit chien »), se trouvant dans la constellation du Grand Chien, se levait avec le Soleil du 24 juillet au 24 aout.

Cette étoile très brillante, se couchant et se levant en même temps que le Soleil, les anciens pensaient qu’il existait un lien entre l’apparition de cette étoile et les grandes chaleurs météorologiques.

Dans la Rome antique, le début de la Canicule était célébré le 24 Juillet par la fête de Neptunalia. On lui attribuait des maladies causées par la chaleur et sur les moissons que l’on tentait de conjurer en immolant des chiens roux comme le soleil. La Canicule s’achevait par la fête de Vulcania, le 24 août.

De quoi s’agit-il ?

Une canicule, ou vague de chaleur, est un phénomène météorologique de températures de l’air anormalement fortes, diurnes et nocturnes, se prolongeant sur une certaine durée dans une zone  étendue. Elle favorise la pollution de l’air particulièrement en zones urbaines, le risque d’incendie de forêt et la présence d’ozone dans l’atmosphère.

Elle vient d’un réchauffement très important de l’air ou d’une invasion d’air très chaud (remontant du Sahara et du Maghreb en ce qui concerne l’Europe) provoquant une baisse significative de l’amplitude thermique entre le jour et la nuit (la chaleur s’accumulant plus vite et s’évacuant difficilement). Elle peut s’ accompagner d’un niveau d’humidité élevé qui accroît la sensation de chaleur.

Pour évaluer la température ressentie (de jour comme de nuit), la température de l’air ambiant est modulée par l’humidité relative et le déplacement d’air.

Les seuils caniculaires en France

Météo France a déterminé des seuils d’alerte à partir de différents indicateurs météorologiques ou statistiques généraux. Ces seuils de canicule sont réévalués presque annuellement en partenariat avec l’Institut de veille sanitaire (INVS).

On parle de chaleur caniculaire:

  • à Brest, lorsqu’il fait au moins 30 °C le jour et 18 °C la nuit ;
  • à Lille, lorsqu’il fait au moins 32 °C le jour et 15 °C la nuit ;
  • à Toulouse, lorsqu’il fait au moins 38 °C le jour et un minimum de 21 °C la nuit.
 

Les risques et les symptômes d’un coup de chaleur

Les risques de déshydratation et de « coup de chaleur  » liés à ce phénomène de fortes chaleurs concernent l’ensemble de la population, et en particulier les personnes fragiles : personnes âgées, personnes handicapées, personnes atteintes de maladies chroniques, personnes isolées, femmes enceintes et enfants. Les sportifs et les personnes qui travaillent à l’extérieur sont également en risque.

Les symptômes d’un coup de chaleur sont : une fièvre supérieure à 40°C, une peau chaude, rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, une somnolence, une soif intense, une confusion, des convulsions et une perte de connaissance.

Les conseils d’usage

  • Maintenir son logement frais : fermer volets, rideaux et fenêtres durant la journée et aérer la nuit.
  • Boire régulièrement et fréquemment, au moins 1,5 litre d’eau par jour, sans attendre d’avoir soif.
  • Se rafraîchir et mouiller son corps, au moins le visage et les avants-bras, plusieurs fois par jour à l’aide d’un brumisateur, d’un gant de toilette ou en prenant des douches ou des bains sans se sécher.
  • Utiliser ventilateurs et/ou climatisation si vous en disposez, sinon essayer de se rendre dans un endroit frais ou climatisé (grande surface, cinéma, …), 2 à 3 h par jour.
  • Éviter de sortir aux heures les plus chaudes
  • Manger en quantité suffisante et ne pas consommer d’alcool qui altère les capacités de lutte contre la chaleur et favorise la déshydratation.
  • En cas de sortie, passer à l’ombre, porter un chapeau, des vêtements légers et amples et des lunettes de soleil.
  • Limiter les activités physiques.
  • Ne pas hésiter à demander de l’aide, soit aux mairies ou à son entourage.
  • Si vous connaissez des personnes âgées, souffrant de maladies chroniques ou isolées dans votre entourage, prendre de leurs nouvelles, les accompagner dans un endroit frais.

En France les modélisations de Météo-France et Paris confirment que le nombre et la gravité des canicules devraient augmenter d’ici 2100 (de 2 à 4 °C d’ici à la fin du siècle par rapport à la moyenne 1971-2006), surtout en juillet-août (3,5 à 5 °C de plus que la normale), avec environ 12 fois plus de jours de canicules dans l’année. Cela implique l’adaptation des lieux publics et privés pour faire face à ces périodes caniculaires qui vont être de plus en plus longues et extrêmes dans le futur du fait du réchauffement climatique.

Laisser un commentaire